Skip to main content

Instructions : comment se perdre quand on écrit

Carnet de résidence

Aliona Gloukhova

2 février 2022

⤴︎ Revenir à la page
Travaux de résidences

  1. Avec quel organe se met-on à écrire ?
  2. Quand on commence un texte il s’agit de le trouver quelque part.
  3. Le texte ne vient pas tout seul, mais amène une famille avec lui.
  4. Tous ces étrangers dans ma tête.
  5. Les brouillons permettent d’oublier où je vais.
  6. Si tu ne sais pas quoi faire — chante.
  7. Concentre-toi, sois dissolu, essaie de garder les deux.
  8. Mange tes mots jolis.
  9. 4 heures du matin c’est la nuit de l’autre côté.
  10. Écris une chose, écris son contraire.
  11. Supprime tout.

Dernièrement je découvre une écriture flottante, circulaire.
Ça veut dire : j’écris plusieurs brouillons en même temps, j’ai oublié la concentration, je passe d’un fragment à l’autre, je ne fronce pas les sourcils, des masses d’air se déplacent, des liens se créent.

La question que je me pose :
Les deux textes de nature, matière différentes peuvent-ils aller ensemble ?

En sachant que :
– Le premier texte est autofictionnel / faussement théorique / presque terminé / écrit à la première personne / trop sérieux / pas du tout joyeux (m’ont dit mes éditeurs).
– Le deuxième est fictionnel / authentiquement onirique / juste commencé / écrit à la 3e personne/ pas du tout sérieux / joyeux (mais ce n’est pas sûr, la joie est une zone aveugle).

Je réponds : oui peut-être et depuis je suis encore plus perdue (regarder p. 5 et p. 6).

Sinon : c’est le 2 février, je suis à La Ciotat, le vent est à 47km/h, cette lumière, le bonheur est toujours quelque part (pas très loin ?)