Bly ! Bly ! Bly, tu ne t’appelles pas Peopeo ni Suddenblue ni Blondene ni Blume ni Blyss ni Blix ni Belle ni Bill ni Bolu ni Billy ni Budd ni Billy Budd. Tu aurais pu t’appeler juste Budd, mais voilà, Bly, tu ne t’appelles pas Budd, tu t’appelles Bly.

La première chose que je peux vous dire…

Bly

Revue #50

Octobre 2019

La première chose que je peux vous dire…

La première chose que je peux vous dire c’est qu’il faut arrêter le train, parce qu’on a besoin de calme pour dormir et réfléchir et parce que les cowboys sont faits pour ça, pour arrêter les trains en sautant sur leurs toits — comme Anna Klumpke qui a fait arrêter le Cincinnati-San Francisco pour cueillir l’herbe de bison dont Rosa Bonheur avait besoin pour finir un tableau. La deuxième chose que je peux vous dire, c’est qu’il faut aussi arrêter la musique à partir de minuit, parce que les cowboys, ils doivent être en forme, parce que les cowboys, ils ont du travail, good blood, good blood !

Extrait : chant La Gambadade du gang des gantés

Doo wop, it’s a long time ago
boom boom chicky wah wah bang bang

si tu vas à winnebago
pampas à grands pas, arpentées
come on, let’s go let’s go
vas-y chanter vas-y chanter
la ballade du gang des gantés
en oldspeak ou en rhyming slang
tes indiens sweet dreams brocantés
badang badang badang badang

hey ! so far so good, enchanté
viens faire un tour sur mon mustang
le reste on n’a qu’à l’inventer
badang badang bang bang bang bang

it’s not peaceful and quiet, amigo
l’outlaw vient là pour régenter
et l’herbe est plus indigo
quand on a trop parlementé
avec les lueurs serpentées
qui tombent comme des boomslangs
par dessous et par dessus brillantés
badang badang badang badang

hey ! so far so good, enchanté
viens faire un tour sur mon mustang
le reste on n’a qu’à l’inventer
badang badang bang bang bang bang

you know, it’s take two to tango
si tu rencontres un des gantés
rifle quine hasard ou bingo
d’un regard, il peut t’espanter
sur la musique diamantée
d’un harmonica boomerang
et vers un cœur noir t’aimanter
badang badang badang badang

hey ! so far so good, enchanté
viens faire un tour sur mon mustang
le reste on n’a qu’à l’inventer
badang badang bang bang bang bang

Au sommaire

  • Choses inédites : chansons, jeux, partition chorégraphique, dessins, extraits de roman
  • Bio-bliobiographies
  • Le questionnaire ludique ! [extraits des réponses]
    • Un son, une musique ?
      « Tu voulais un endroit où on danse », de Pascale Petit et Rodolphe Perroquin, Paddy
    • Un auteur fétiche ?
      Herbie, zof du chic
    • Un toc de langage ?
      Yup ! Nope !
    • Un a priori sur Marseille ?
      Y trouver un cheval en marchant ?

Édito

Bly est un héros. Ou un univers. Ou un objet. Ou une relation. Il faudrait ici autant de points d’interrogation que de points d’exclamation. Bly est de manière sûre un projet d’écriture et de réalisations plastiques multi-facettes, imaginé par scomparo (plasticienne griote) et Pascale Petit (autrice), et dont le sujet n’est pas posé d’emblée mais se définit par les contours. Ce projet arrive à Marseille, sur la piste de Joe Hamman, acteur réalisateur français des premiers westerns tournés en France, en Camargue. Bly a/est déjà un chapeau de cowboy.

Pour autant, « il ne s’agit pas de raconter une énième histoire de cowboys. Il faut savoir par exemple, que Bly a déjà croisé Roland Barthes dans un canyon, Hampâté Bâ à Beaubourg et trouvé de l’or sur l’île de Groix. Bly, c’est un héros positif qui roule sa bosse, c’est un ton, une philosophie, un monde qui fait écho au nôtre, qui a sa langue, qui prend des formes. Dans Bly, on s’interroge, on s’amuse, on réfléchit. »

Bly est aussi passé dans plusieurs lieux amis, notamment Les Nouvelles Hybrides à Pertuis. Bly aimerait bien passer au Printemps du Livre de Grenoble. Bly passe souvent à la librairie La Salle des Machines à la Friche la Belle de Mai pour recueillir des livres, et publie sur le blog de La Marelle des billets de « Biblyomancie ».

À La Marelle, plutôt que de chercher à tout y comprendre, nous suivons joyeusement Pascale Petit et scomparo. Bly nous laisse des mots sur le frigo du bureau. Bly dessine un canasson rouge sur le plan de ville de Marseille. Bly n’est pas toujours d’accord. Bly chamboule tout. D’ailleurs, ceci n’est pas une revue. Ceci entre vos mains est le livret de jeu et de chant de Bly. Allez comprendre...


Fanny Pomarède
La Marelle, novembre 2019

La revue radiophonique

La « revue radiophonique », enregistrée en public à la librairie Maupetit, Marseille, puis diffusée sur les ondes de Radio Grenouille et en podcast sur la plateforme Ausha.

Informations

Renseignements techniques

Cette revue est disponible dans sa version papier ou en ligne, au format .pdf téléchargeable.

La revue de La Marelle

Haut de page

La Marelle
La Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin, 13003 Marseille
Tél. 04 91 05 84 72

La Marelle est une structure résidente permanente de la Friche la Belle de Mai

Soutiens financiers de La Marelle
Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur · Centre National du Livre · Région Sud Provence–Alpes–Côte d’Azur · Ville de Marseille · Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône · La Sofia Action culturelle · Fondation Michalski

© La Marelle 2020 - La Marelle est une structure résidente permanente à la Friche la Belle de Mai

Conception du site Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Graphisme Alexandre Sauzedde - Développement de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.