En résidence de création

Poèmes en série
Dominique Quélen

■ Avril et mai 2022
■ Marseille

Le projet d’écriture

Dominique Quélen travaille à un ensemble de séries de 24 poèmes, chacune ayant ses contraintes propres et prenant appui sur un déclencheur lié à un moment, un lieu, particuliers. Le temps d’écriture de chaque poème sera limité à un jour, dans une logique d’unité d’élan qui se renouvellerait la journée suivante. L’écriture de chaque série sera en revanche séparée par un certain intervalle de temps par celle de la précédente, et le projet se poursuivra sur plusieurs années. 

Note d’intention de l’auteur

Les contraintes au principe de chaque série peuvent varier mais tendent toutes à aboutir à une unité d’aspect, une suite de brefs blocs de prose, une prose comptée d’une manière ou d’une autre, voire composée de vers justifiés comme dans certains de mes livres (Énoncés-types, Revers, etc.) : il ne s’agit pas de dissimuler les vers sous une apparence de prose ainsi présentée sur la page, mais d’utiliser une contrainte d’écriture et non de lecture. Il ne s’agit pas non plus d’une coquetterie, ni d’une contrainte de pure forme – je rejoins ici le propos d’Ivar Ch’Vavar dans une récente disputaison sur poezibao (« De la prose ou du vers, avant toute chose ? », 4 janvier 2021) : « Pour moi la justification déclenche quelque chose, une autre expérience de l’écriture, depuis le surgissement des images jusqu’à la disposition sur le papier. C’est productif, tout en contrariant la “productivité” [...] Elle change l’expérience de l’écriture jusqu’à changer la position de l’écrivain, du poète. »

Les contraintes sont donc une condition de ce projet et non une fin. Elles m’intéressent moins comme jeu formel que comme cadre, c’est-à-dire ce que je construis quand j’écris : écrire commence toujours pour moi par la définition du contenant, non du contenu, et écrire de la poésie est d’abord définir un espace dans lequel la langue trouve à se déployer ou à se replier, sans « vouloir » rien dire, les sens s’élaborant dans une logique sérielle par la répétition des formes.

Dominique Quélen 

À écouter

La première chose que je peux vous dire…


Un entretien avec Dominique Quélen autour de la revue de La Marelle. Une rencontre animée par Pascal Jourdana, enregistrée en studio à la Friche la Belle de Mai, diffusée sur les ondes de Radio Grenouille et en podcast sur la plateforme Transistor.



 

Le lieu de résidence

À Marseille, La Marelle dispose d’un appartement indépendant sur le site de la Friche la Belle de Mai.

  • Contacter l’auteur
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.



Haut de page

La Marelle
La Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin, 13003 Marseille
Tél. 04 91 05 84 72

Vous avez un compte lecteur ?

La Marelle est une structure résidente permanente de la Friche la Belle de Mai


Soutiens financiers de La Marelle
Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur · Centre National du Livre · Région Sud Provence–Alpes–Côte d’Azur · Ville de Marseille · Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône · La Sofia Action culturelle · Fondation Michalski
Haut de page

Mentions légales — Conditions générales de vente
© La Marelle 2020 — Conception du site Nicolas Joseph
Graphisme Alexandre Sauzedde — Développement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.