En résidence de création

Ostal
Sylvie Gracia

■ Juillet 2021
■ La Ciotat

Le projet d’écriture

Sylvie Gracia est autant autrice qu’éditrice, ce qui lui offre la possibilité de mener cette résidence avec deux projets : celui de poursuivre l’écriture d’un livre personnel – la dernière rencontre entre un vieil homme et sa fille, au bord d’un lac dans l’Aveyron – et celui de partager des temps d’écriture avec Hadrien Bels, également en création à La Ciotat, manière d’accompagner l’un des auteurs qu’elle édite aux éditions de l’Iconoclaste.

Note d’intention de l’autrice

Notre rencontre avec Hadrien Bels a eu lieu à Tanger, fin d’année 2014, où j’animais un atelier d’écriture, auquel il s’était inscrit. J’ai ensuite suivi son travail d’écriture pendant plusieurs années, et nous avons notamment partagé plusieurs moments de résidence « auto-organisée » avec d’autres amis écrivains. Son manuscrit terminé, j’ai eu le plaisir de l’éditer aux éditions de L’Iconoclaste. Hadrien est aujourd’hui dans l’écriture de son deuxième roman, et, de la même façon, nous échangeons beaucoup sur son manuscrit.

Lorsqu’il a reçu l’invitation pour cette résidence à La Ciotat, il m’a proposé de m’y joindre, afin de nous offrir à la fois ce temps d’écriture et ce temps d’échange, qui est d’ailleurs aujourd’hui réciproque, puisqu’il a lu mon manuscrit en cours.

Ce manuscrit, qui a pour titre actuel « Ostal » (la maison/le foyer, en occitan), est centré sur deux personnages, un vieil homme en fin de vie, et sa fille, âgée d’une cinquantaine d’années. Ils sont en vacances dans la maison familiale, au bord d’un lac dans l’Aveyron, pour la dernière fois. Une menace pèse sur cette maison, un conflit avec le fils aîné dont on découvrira progressivement les raisons. Fables et secrets familiaux se dévoilent. La fille retrouve un ancien amant, revenu se perdre au village, et le père, à 87 ans, est enfin à égalité de destin avec celle qu’il ne pouvait pas approcher, à 20 ans, parce qu’elle était fille de notable.

Comme dans mon premier roman, publié il y a plus de vingt ans, L’Été du chien, je reviens sur mes origines, le village de l’Aveyron où je suis née, avec toujours ces mêmes obsessions, la haine du pays natal, la violence des rapports familiaux, et, désormais, le vieillissement, à 87 ans comme à 50 ans. S’il s’inspire de ma propre histoire, ce manuscrit joue du pouvoir de la fiction, et, en dépit de ses thématiques, celui du détachement et parfois même de l’humour.

Sylvie Gracia



Le lieu de résidence

Début le printemps 2021, La Marelle a ouvert cette nouvelle « maison », la Villa Deroze, située au milieu des pins, sur les hauteurs de la cité portuaire de La Ciotat. Confiée avec générosité par Danielle Deroze, elle accueillera artistes, auteurs et autrices, pour des projets de création qui souvent se croiseront ou s’hybrideront.

  • Contacter l’autrice
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Haut de page

La Marelle
La Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin, 13003 Marseille
Tél. 04 91 05 84 72

La Marelle est une structure résidente permanente de la Friche la Belle de Mai

Soutiens financiers de La Marelle
Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur · Centre National du Livre · Région Sud Provence–Alpes–Côte d’Azur · Ville de Marseille · Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône · La Sofia Action culturelle · Fondation Michalski

© La Marelle 2020 - La Marelle est une structure résidente permanente à la Friche la Belle de Mai

Conception du site Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Graphisme Alexandre Sauzedde - Développement de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.