Non classé

Dans son travail, Camille de Chenay mêle l’écriture et l’image. Avec Samuel Leader et Célio Paillard, elle est lauréate 2016 de l’appel à projets « Résidence d’écriture numérique » de La Marelle et Alphabetville.

Rencontres radiophoniquesRevue

La première chose que je peux vous dire, il faudra ne pas s’en souvenir. Ça sera un mot nu comme un bonjour ou quelque chose avec les yeux. Ça sera un geste de la main, une énergie dans la voix. La première chose, c’est toujours une échappée. C’est quelqu’un d’autre venu de moi qui le prononce. La première chose, c’est moi tout entière et je ne le sais pas.

RésidenceRésidences passées

La mise en écho de deux territoires distincts et éloignés l’un de l’autre, le delta du Mississippi et celui du Rhône. Une poétique, une enquête de terrain, des outils d’écriture numérique…
[Lauréat Résidence numérique 2015/2016]

Non classé

Rozenn Guilcher est née à Brest en 1968. Après des études de Lettres et de médiation culturelle, elle a successivement, et toujours avec gourmandise, été institutrice, éducatrice, professeur de Français, médiatrice culturelle, chargée de communication.Écrivain et comédienne, elle partage son temps entre l’écriture de romans et nouvelles, la rédaction de supports de communication, l’écriture de textes […]

Non classé

Cofondateur et directeur artistique du collectif « Urbain, trop urbain », Matthieu Duperrex est le lauréat 2015 de l’appel à projets « Résidence d’écriture numérique » de La Marelle.

Après la mort de son père, Didier Eribon retourne à Reims, sa ville natale, et retrouve son milieu d’origine. Trente ans après, il plonge dans son passé et tente de retracer l’histoire de sa famille en évoquant l’histoire du monde ouvrier de son enfance. Une réflexion sur les classes, le système scolaire, la fabrication des […]

HISTORIQUE DES RENCONTRES PUBLIQUES

Point culminant de l’exposition « Leipzig, ville de héros ? », des lectures et une rencontre croisée franco-allemande avec les écrivains Clemens Meyer (« Quand on rêvait », avril 2015) et Minna Sif (« Massalia Blues », 2013). Proposées par le Goethe-Institut et La Marelle dans le cadre des Exponentielles, les nocturnes mensuelles de la Friche.

Créations sonores

Une évocation du livre numérique « Laisse venir » d’Anne Savelli et Pierre Ménard. « Un trajet Paris-Marseille intemporel, d’abord virtuel, puis réel, une approche de la ville tout en détours et cheminements, après en avoir rêvé l’accès. » 


Dans les villes méditerranéennes, comment s’exprime la violence de l’exil, notamment dans l’écriture ? Y a-t-il une esthétique de la violence propre à l’exil ? L’occasion de creuser ces pistes de réflexion à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIe siècle, en faisant se croiser recherches universitaires et visions propres à des écrivains. Présentation de Michel Gironde, avec Virginie Ruiz et Pascal Jourdana.

Ces rencontres furent l’occasion de creuser des pistes de réflexion autour de l’articulation entre ville, exil, violence et culture à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIe siècle, en faisant se croiser recherches universitaires et visions propres à des écrivains de la sphère méditerranéenne, dans un cadre dynamique d’échanges multiples. Maroc, Algérie, Tunisie, mais aussi le Liban, les Comores et même l’Amérique Latine, sans oublier Marseille…