La Marelle est invitée à Metz pour ce Colloque sur la création littéraire et la place de l’auteur·trice, intitulé « Narrations auctoriales dans l’espace public ».

La Marelle est invitée à cette 2e édition du Colloque sur la lecture et le numérique, qui a pour thème cette année « Création numérique, culture des jeunes et recherche ».

La Marelle et Alphabetville invités au colloque PrePostPrint, organisé à l’EnsAD (École nationale supérieure des Arts Décoratifs, Paris), pour décrire le dispositif de résidence d’écriture numérique et le processus d’éditorialisation de ces projets.

Deux expositions (photographique et littéraire), une visite-promenade et un entretien proposés par les étudiants Administration des Institutions Culturelles à l’occasion du week-end d’ouverture de l’année culturelle « Quel amour ! ». Thèmes d’approche : la rencontre et l’art.

Lecture en espace et rencontre avec l’auteure. Un groupe d’étudiants adapte et met en scène la pièce féerique de l’auteure algérienne Amira-Géhanne Khalfallah. Ce travail a également mené à des ateliers sonores.

Dans les villes méditerranéennes, comment s’exprime la violence de l’exil, notamment dans l’écriture ? Y a-t-il une esthétique de la violence propre à l’exil ? L’occasion de creuser ces pistes de réflexion à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIe siècle, en faisant se croiser recherches universitaires et visions propres à des écrivains. Présentation de Michel Gironde, avec Virginie Ruiz et Pascal Jourdana.

HISTORIQUE DES RENCONTRES PUBLIQUES

Une conférence-débat sur le thème « Avignon, porte de la Méditerranée ? ». Avec Paul Payan, directeur du département histoire à l’université d’Avignon et Pierre Moulet, conservateur en chef et entomologiste au Museum Requien. Le démarrage d’un cycle produit par le Conservatoire du Grand Avignon, avec la participation de La Marelle.

Ces rencontres furent l’occasion de creuser des pistes de réflexion autour de l’articulation entre ville, exil, violence et culture à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIe siècle, en faisant se croiser recherches universitaires et visions propres à des écrivains de la sphère méditerranéenne, dans un cadre dynamique d’échanges multiples. Maroc, Algérie, Tunisie, mais aussi le Liban, les Comores et même l’Amérique Latine, sans oublier Marseille…