L’auteur algérien Samir Kacimi mène conjointement avec Lotfi Nia, son traducteur en français, un projet singulier : ils souhaitent parvenir à un processus d’écriture commun, intégrant écriture originale et traduction. Échange, lecture croisée…

Hors-les-mursRésidences passées

Un travail d’écriture lié aux luttes sociales qui ont marqué l’histoire de la Friche la Belle de Mai ainsi que l’actualité du quartier à partir de la situation des primo-arrivants, en particulier des femmes isolées…

Résidences passées

Deux écritures en cours : celle d’un nouveau roman centré sur de douloureux souvenirs familiaux, et celle de la fin de la traduction de « Beowulf », exceptionnel poème épique de la littérature anglo-saxonne.

Non classé

Marie Cosnay est professeur de lettres classiques, traductrice de textes antiques, et écrivaine. Elle enseigne actuellement dans les Landes. Elle a écrit des textes pour de nombreuses revues, et, depuis 2003 a publié plus d’une vingtaine de livres. Des projets littéraires toujours très ancrés dans les réalités de notre temps, dont la forme, d’une précision et d’une exigence rare, s’articulent à une réflexion politique et sociale, toujours très engagée.

À deux voix, en anglais et en français, Nii Ayikwei Parkes et sa traductrice Sika Fakambi donnent lecture du roman Notre quelque part. La lecture est suivie d’une rencontre animée par Pascal Jourdana.

RésidenceRésidences passées

Ayant intégré de nouveaux outils contemporains de « prise de notes » (smartphone, tablette) sans les dissocier de son traditionnel carnet de papier, Roberto Ferrucci souhaite réfléchir à une autre manière d’appréhender le texte… Une résidence en deux temps, à Marseille à La Marelle, puis à Arles au CITL.

Dans les villes méditerranéennes, comment s’exprime la violence de l’exil, notamment dans l’écriture ? Y a-t-il une esthétique de la violence propre à l’exil ? L’occasion de creuser ces pistes de réflexion à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIe siècle, en faisant se croiser recherches universitaires et visions propres à des écrivains. Présentation de Michel Gironde, avec Virginie Ruiz et Pascal Jourdana.

Rencontres radiophoniques

Une rencontre avec Roberto Ferrucci, qui aborde de nombreuses questions littéraires et politiques, à partir de ses deux textes traduits en français (« Ça change quoi » Le Seuil, 2010, et « Sentiments subversifs », meet, 2010), mais aussi du travail d’écriture accompli durant sa résidence à Marseille.

Dans le cadre de la sixième édition du festival littéraire CoLibriS « Regards latino-arabes », La Marelle et le CITL s’associent pour proposer cette rencontre avec l’écrivain mexicain Alberto Ruy-Sánchez et son fidèle traducteur Gabriel Iaculli.

En 2013, la sixième édition du festival littéraire CoLibriS propose un croisement inédit, pour des échanges géographiques, historiques et culturels d’une richesse surprenante. Une vingtaine d’invités venus d’Amérique latine, du monde arabe et d’ailleurs.

Ces rencontres furent l’occasion de creuser des pistes de réflexion autour de l’articulation entre ville, exil, violence et culture à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIe siècle, en faisant se croiser recherches universitaires et visions propres à des écrivains de la sphère méditerranéenne, dans un cadre dynamique d’échanges multiples. Maroc, Algérie, Tunisie, mais aussi le Liban, les Comores et même l’Amérique Latine, sans oublier Marseille…