L’auteur algérien Samir Kacimi mène conjointement avec Lotfi Nia, son traducteur en français, un projet singulier : ils souhaitent parvenir à un processus d’écriture commun, intégrant écriture originale et traduction. Échange, lecture croisée…

Non classé

Amira-Géhanne Khalfallah est née en Algérie. Diplômée en biologie cellulaire et moléculaire, c’est pourtant vers le journalisme qu’elle s’oriente en 2001. Installée au Maroc depuis juillet 2007, elle est journaliste spécialisée en culture, notamment en littérature et arts plastiques. Elle écrit sa première pièce de théâtre, Le Chant des coquelicots, lors d’une résidence d’écriture aux Francophonies de Limoges en […]

RésidenceRésidences passées

C’est autour d’un projet de film documentaire qu’Amira-Géhanne Khalfallah travaille avec Julie Moreau, réalisatrice, et Sofia Bouazaoui, danseuse. Ensemble, elles se sont interrogées sur l’immigration des femmes, arrivées en France sans l’avoir choisi, et les histoires qu’elles peuvent nous raconter aujourd’hui…
[Texte, film & danse]

Créations sonores

Une approche sonore et très musicale de l’univers de Laurence Vilaine, auteure de « Le Silence ne sera qu’un souvenir », tout juste revenue d’Algérie pour un nouveau projet d’écriture. « Ici, chaque moment est la partie immergé d’un iceberg, chaque moment, chaque parole, chaque lieu évoqué a son développement en profondeur, tout se rejoint sûrement, en bas, très bas, là où les courants sont peut-être verticaux. »

HISTORIQUE DES RENCONTRES PUBLIQUES

Laurence Vilaine, en résidence à La Marelle jusqu’au 20 décembre 2014, rencontre le public pour parler de ses ouvrages et de son projet d’écriture entre l’Algérie et Marseille. Une de ses rencontres s’établit en dialogue avec l’écrivain bosniaque Velibor Čolić.

RésidenceRésidences passées

Dernière étape d’une résidence « en voyage » entre Alger et Marseille. Ateliers, rencontres, et poursuite de la réflexion sur la fabrication d’un livre, dans lequel ses propres textes croisent ceux des femmes rencontrées et des images captées par des photographes algérois.

Créations sonores

« Je suis née à la fin de la Guerre civile d’Espagne, dans une prison, la prison des femmes où ma mère était emprisonnée pour activités anti-franquistes… »
Entretien d’Élodia Zaragoza-Turki avec Garance Mesguich, Robert Tricoire et Xavier Bazot, réalisé à Tunis en septembre 2012 dans le cadre de la résidence de Xavier Bazot à La Marelle.

Créations sonores

« Je ne suis pas de Marseille, je suis de Paris. Ma famille est en France, voilà, on est entre la France et la Tunisie, la nostalgie nous pousse à aller un peu plus en Tunisie, quand on a l’occasion. Quand la France nous permet… […] Mais on reste étrangers en France et en Tunisie, ça, il faut le dire, ça… »
Entretiens divers, réalisés sur le navire reliant Marseille à Tunis en septembre 2012 dans le cadre de la résidence de Xavier Bazot à La Marelle.

Créations sonores

« Un assyrien et un chaldéen, ce sont des chrétiens de même civilisation, de même culture, de même histoire ; les uns sont catholiques, les autres ne le sont pas. […] On a des différences, mais il y aussi une communion très impressionnante. »
Entretien avec Frère Mérigoux, réalisé à Marseille en septembre 2012 dans le cadre de la résidence de Xavier Bazot à La Marelle.

Créations sonores

« C’est un pays que j’ai beaucoup aimé ; j’ai vu ce pays accéder à l’indépendance. Ça a été de grands moments, pour moi… Il faut l’avoir vécu pour savoir ce que ça a été, voir un pays qui accède à son indépendance… »
Entretiens avec la famille Allouche (Hélène, Leyla, Mélisa, Nassim et Fanny), réalisés à Marseille et à Aix-en-Provence en septembre 2012, restitution du projet de résidence de Xavier Bazot à La Marelle.

Créations sonores

« Quand vous voulez danser, chanter, ça sort de vous, du fond du cœur… »

Entretien avec Joséphine Sargero, réalisé à Marseille en septembre 2012, restitution du projet de résidence de Xavier Bazot à La Marelle.

Dans les villes méditerranéennes, comment s’exprime la violence de l’exil, notamment dans l’écriture ? Y a-t-il une esthétique de la violence propre à l’exil ? L’occasion de creuser ces pistes de réflexion à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIe siècle, en faisant se croiser recherches universitaires et visions propres à des écrivains. Présentation de Michel Gironde, avec Virginie Ruiz et Pascal Jourdana.

HISTORIQUE DES RENCONTRES PUBLIQUES

Quelle place aujourd’hui pour le texte dramatique dans le monde arabe ? Un programme qui invite auteurs, traducteur, éditeurs et metteurs en scène à entrer en dialogue.

HISTORIQUE DES RENCONTRES PUBLIQUES

Représentation des deux premiers volets de la trilogie « Écris-moi un mouton » qui s’intéresse aux traces laissées par la guerre d’Algerie aujourd’hui, à partir des rencontres faites par Sébastien Joanniez, auteur et Émilie Flacher, metteure en scène avec des témoins de l’histoire.

RésidenceRésidences passées

Cette résidence est le moment de conception du dernier volet de la trilogie « Écris-moi un mouton » : une pièce d’anticipation sur le lien entre la France et l’Algérie qui s’empare des paroles des personnes rencontrées jusqu’alors sur les différents territoires pour inventer, imaginer, tracer l’avenir des relations entre ces deux pays. En coproduction avec le théâtre Massalia.

Rencontres radiophoniques

Cette rencontre radiophonique publique avec le photographe Bruno Boudjelal était consacrée à la correspondance menée avec l’écrivain et photographe Sid Ahmed Semiane (à Alger), dans le cadre du « Roman-feuilleton », production Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture.

Non classé

Membre de l’agence VU’ depuis 2002, Bruno Boudjelal vit entre Paris et l’Afrique. Tendu entre deux continents et deux cultures, il revendique sa capacité à comprendre et à transcrire les problématiques complexes entre le Nord et le Sud.

Non classé

Journaliste, écrivain, photographe, il est l’auteur de « Octobre, ils parlent », considéré comme l’ouvrage de référence sur les événements du 5 octobre 1988, « Des nuits dans mon rétroviseur » et « Au refuge des balles perdues ». Il a également réalisé en 2007 le film « Bled Musique à l’Usine ».

RésidenceRésidences passées

Le projet de Sid Ahmed Semiane et Bruno Boudjelal s’inscrit à Marseille dans le cadre du « Roman-feuilleton » coordonné par Marseille-Provence 2013 Capitale de la Culture, et, pour Tunis, dans celui du dispositif « La Marelle prend l’eau ».
[La Marelle prend l’eau] [Texte & photo]

En 2013, la sixième édition du festival littéraire CoLibriS propose un croisement inédit, pour des échanges géographiques, historiques et culturels d’une richesse surprenante. Une vingtaine d’invités venus d’Amérique latine, du monde arabe et d’ailleurs.

Ces rencontres furent l’occasion de creuser des pistes de réflexion autour de l’articulation entre ville, exil, violence et culture à partir de l’espace méditerranéen au tournant du XXIe siècle, en faisant se croiser recherches universitaires et visions propres à des écrivains de la sphère méditerranéenne, dans un cadre dynamique d’échanges multiples. Maroc, Algérie, Tunisie, mais aussi le Liban, les Comores et même l’Amérique Latine, sans oublier Marseille…

RésidenceRésidences passées

Une longue pause en trois temps pour un éditeur qui est aussi écrivain, afin de lui permettre d’avancer dans l’écriture d’un ambitieux « roman méditerranéen ». Mais aussi un temps de rencontres, de regards croisés entre la France et l’Algérie.

Non classé

Sofiane Hadjadj a fait partie en 2003 de la sélection des écrivains algériens invités en France dans le cadre des Belles Étrangères. Parmi ses ouvrages, « La Loi » (Barzakh, 2003), « Ce n’est pas moi » (Barzakh, 2003), « Un si parfait jardin » (Le bec en l’air, 2008)…