Résidences passées

À partir du récit d’un « nomade des mers », un projet d’écriture qui rejoint les débats actuels sur la migration. Où le désert et la mer deviennent des espaces symboliques, des horizons d’exploration traversés par d’innombrables trajectoires.

Une rencontre lecture à la MJC de Veynes (05), organisée par le Foyer culturel veynois, en partenariat avec Literra05.

Résidences en cours et à venir

Invité par Claudine Galea en 2018, Guillaume Poix est le nouvel auteur « fil rouge » théâtre. Il effectue sa résidence à La Marelle en deux temps, en juillet 2019 puis en 2020.

Deux fois par mois La Marelle propose de découvrir, le temps d’un brunch, les auteurs et autrices accueilli·es en résidences d’écriture. Aujourd’hui, Abdourahman Waberi parle de son projet « Quêter Mamadou Konté ». En complicité avec Africa Fête Marseille.

La Marelle propose avec Aglaé & Sidonie une série de rencontres croisées associant les auteur·trice·s en résidence et des artistes de Marseille. Aujourd’hui, l’écrivain congolais Julien Mabiala Bissila et la réalisatrice marseillaise Anne Alix.

Résidences en cours et à venir

Quand la réalisatrice Anne Alix convie l’écrivain congolais Julien Mabiala Bissila à s’emparer d’une première version du scénario de son prochain film, ça n’est pas seulement parce que celui-ci se déroulera sur le continent africain. C’est surtout parce qu’elle souhaite que la fable s’empare du réel. Ou l’inverse…

Résidences passées

Abdourahman Waberi a pour projet d’écrire un texte sur le Sénégalais d’origine malienne Mamadou Konté, mort en 2007 à environ 65 ans. Un travailleur immigré devenu producteur de spectacles, créateur du festival Africa Fête, qui a incarné le destin politique de la musique africaine moderne.

« Après une longue apnée » est le premier écrit autobiographique de l’auteur, récit de sa fuite du Congo. Accompagné au violoncelle par Stéphane Bensimon, il en donne une lecture au Théâtre Joliette-Minoterie, dans le cadre de la Biennale des écritures du réel #3.

À deux voix, en anglais et en français, Nii Ayikwei Parkes et sa traductrice Sika Fakambi donnent lecture du roman Notre quelque part. La lecture est suivie d’une rencontre animée par Pascal Jourdana.

Non classé

Membre de l’agence VU’ depuis 2002, Bruno Boudjelal vit entre Paris et l’Afrique. Tendu entre deux continents et deux cultures, il revendique sa capacité à comprendre et à transcrire les problématiques complexes entre le Nord et le Sud.