Va jusqu’où tu pourras

Sedef Ecer & Michel Bellier

Résidence du 13 février au 10 mars 2012

Istanbul, Marseille, Bruxelles… Une résidence d’écriture collective et théâtrale pour une proposition de spectacle trans-européen (France, Turquie, Belgique, Roumanie), mélangeant les arts de la scène, théâtre, musique, vidéo, autour de la question de la migration féminine. Un projet de la compagnie Dynamo Théâtre.

Projet de résidence

Trois auteurs pour un travail d’écriture commun : Michel Bellier, comédien et auteur de théâtre marseillais ; Sedef Ecer, née à Istanbul, romancière, auteur dramatique, scénariste, comédienne, traductrice et journaliste qui pratique plusieurs formes d’écriture en turc et en français ; Stanislas Cotton, dramaturge belge qui distille une forte dimension sociale et politique dans ses écrits [travail à distance]. Ils installent à La Marelle, qui les accueillent, un laboratoire de coécriture pour un futur spectacle mis en scène par Joëlle Cattino (créé en 2013) sous forme de triptyque trans-européen.

La commande de Joëlle Cattino, directrice artistique de Dynamo Théâtre à l’initiative de ce projet, était d’écrire une épopée féminine méditerranéenne, quelque chose qui aurait à voir avec une Odyssée moderne et problématique.

« La Méditerranée… des mésaventures… de l’épique… du picaresque. À travers les envies et idées dramaturgiques qui sont très vite nées d’une telle proposition, il s’agissait de mettre en lumière cette immigration dont on parle peu ou mal ou pas assez, à savoir la migrance des femmes. Que vont-elles chercher ? Qui suivent-elles ? Que fuient-elles ?
Il était bien entendu que nous ne parlerions pas de l’exil volontaire comme d’une posture intellectuelle. Il ne s’agissait pas de traiter de l’exil comme d’un jeu d’esprit. Ça n’était pas notre propos. Il fallait que l’exil dont nous allions parler soit une nécessité, un appel d’air pour une autre vie. Écrire ce voyage théâtral qu’est Va jusqu’où tu pourras est pour nous le procédé fictionnel que nous avons choisi pour interroger les droits des femmes en Europe et dans le Bassin Méditerranéen. Perce-Neige, Galanthine et Kardelen… trois héroïnes emblématiques de ce voyage au bout d’ailleurs. Une épopée en trois parties dont chaque auteur est le garant, le guide, le passeur.
Sedef Ecer, auteure turque, prend en charge le premier chapitre, l’origine de la fuite qui, de la frontière turco-syrienne nous embarque sur la Méditerranée vers Marseille.
Michel Bellier, auteur français, écrit la suite des aventures sur le sol français, de Marseille à la frontière belge. Comment se passe l’arrivée sur le sol de l’espace Schengen.
Stanislas Cotton, auteur belge, clôt l’histoire, de Bruxelles à la Mer Noire en passant par Ostende… Comment vit-on l’espace Schengen, quand on est femme et clandestine. »

Joëlle Cattino

 
 

Perce-neige, quel joli nom ! C’est le nom que lui a donné sa mère. C’est un nom d’espoir qu’on prononce du bout des lèvres. Pourtant, chez elle, on l’appelle autrement. On dit Kouma, troisième épouse… C’est qu’elle vit dans une contrée où les femmes sont clandestines, où elles ne laissent pas de traces, ne font pas parler d’elles.
Un jour elle s’enfuit. Fuir la peur et les hommes qui font régner des lois qui ne sont pas des lois d’hommes. Sauter dans l’aventure et peu importe si c’est l’inconnu. S’absenter, se volatiliser, s’évanouir, disparaître. De toutes les façons qu’on a de disparaître…

La voilà sur la mer. Voilà qu’elle n’est plus seule. Kardelen et Galanthine l’ont rejointe. Sont-elles seulement trois ou plutôt des centaines ? Chacune empoigne sa destinée. En être l’héroïne pourquoi pas ? Au moins être cette main qui guide leur destin.
Qu’est-ce qui les attend de l’autre côté de la mer ?
Ont-elles au moins une destination ?

Les voilà errantes entre tous les Charybde et Scylla de cette traversée qui semble ne pas avoir de fin. Tentations… pièges… fatigues… renoncement… fourvoiements…
Perce-Neige, Kardelen et Galanthine s’aventurent et cherchent un abri.
Elles trouvent Marseille. La porte d’Orient, vestibule de l’Europe. Et ça n’est pas la fin des dangers qui les guettent. Quelque chose les pousse toujours plus au Nord.

Elles traversent la France comme on traverse une mer. C’est toujours plus au Nord que l’aventure les porte. Bruxelles et puis Ostende. Les voilà au bord d’une autre mer. Elle est grise, froide, elle s’ouvre sur le Nord. Toujours plus loin encore. Tant de kilomètres pour retrouver la mer.
Cette mer, comme une promesse d’avenir…

Michel Bellier

 

 

Rencontres publiques

Présentations publiques avant création, organisées ou coorganisées par La Marelle.
> 27 février 2012 – Présentation du projet, lectures et musique, avec Fred Nevchehirlian, la Friche la Belle de Mai.
> 19 et 20 octobre 2012 – Participation au colloque « Villes méditerranéennes et exil »
> 24 octobre 2012 – Lecture rencontre de Va jusqu’où tu pourras à la Cité Maison de Théâtre.

 

Partenariats (non exhaustif)
France : Théâtre du Gymnase Marseille, Centre National des Ecritures du Spectacle / La Chartreuse Villeneuve lez Avignon, La Marelle, la Friche la Belle de Mai Marseille, TDG théâtre de Grasse scène conventionnée, Théâtre Le Sémaphore Port de Bouc scène conventionnée, Théâtre de la Minoterie Marseille scène conventionnée, La Cité-Maison de Théâtre Marseille, le Centre Départemental de création des Aulnes CG 13, Théâtre des Doms Festival d’Avignon 2012…
Belgique : MCCS / Maison des Cultures de Molenbeek Bruxelles, Centre Wallonie Bruxelles Paris…
Roumanie : Clopot Foundation Suceava
Turquie : Troya Genc Cevre Dernegi et International Troya Festival Çanakkale

Collaborations
Institut Culturel Français d’Istanbul, lecture et débat public dans le cadre du Festival Tanpinar Istanbul avec la participation de Mmes Tilbe Saran, Dt Feyza Ak Akhol, Verda Irtis (dpt de sociologie de l’Université de Galatasaray) et Mr Fehmi Karaarslan.
Maison de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, lecture et débat public dans le cadre de la manifestation « Villes méditerranéennes et exils au tournant du XXIe siècle » octobre 2012, organisé par La Marelle.

Soutiens
CITF / commission internationale du théâtre francophone, Drac Paca, Conseil Régional Paca, le Conseil Général des BdR (aide à la résidence d’auteurs et aide à la résidence de création), la Ville de Marseille, la Spedidam.
Les auteurs et la metteure en scène ont bénéficié d’une bourse de la Fondation Roberto Cimetta (aide à la mobilité des artistes/voyage d’étude).
Le spectacle est labellisé Marseille-Provence 2013, Capitale de la Culture.