« Pour García Márquez »

8 puis 25, 26 et 27 mars – La Friche la Belle de Mai / Le Gyptis – Marseille 13003

Rencontres littéraires. Avec la meet et les Rencontres du cinéma sud-américain

En mars à Marseille, en mai à l’Abbaye de Fontevraud, en novembre à Paris : trois événements majeurs pour célébrer Gabriel García Márquez et mieux connaître cet immense auteur colombien. Démarrage à la Friche la Belle de Mai et au Gyptis, avec des films, des rencontres, des lectures…

 

Colloque "Pour García Márquez"  

Colloque « Pour García Márquez », rencontres littéraires grand public et ouvertes à tous, proposées par La Marelle et la meet, sous la direction d’Annie Morvan. Des traducteurs, des écrivains et des universitaires parlent de Gabriel García Márquez et de son œuvre. Avec également des lectures, dont certaines bilingues, proposées par les comédiens du cabinet de lecture du collectif La Réplique.

En partenariat avec l’ASPAS, dans le cadre des 17es Rencontres du cinéma sud-américain, Le Gyptis et La RépliqueAvec le soutien financier de La Sofia Action culturelle et la participation de l’Ambassade de Colombie en France. 

 

Ce colloque « Pour García Márquez » se prolongera à Fontevraud en mai et à Paris en novembre 2015.

Affectueusement surnommé « Gabo » dans toute l’Amérique latine, le Colombien Gabriel Garcia Marquez, Prix Nobel de littérature 1982, l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, est mort à son domicile de Mexico jeudi 17 avril 2014. Il était âgé de 87 ans. Son œuvre a été traduite dans toutes les langues ou presque, et vendue à quelque 50 millions d’exemplaires. […] Au delà de la politique et de la mythologie, Garcia Marquez n’aura jamais cessé d’élaborer un immense discours sur la mort et sur la solitude, que ce soit dans Les Funérailles de la Grande Mémé, L’Automne du patriarche, Chronique d’une mort annoncée et, bien entendu, Cent ans de solitude qui porte sur la fin d’une dynastie et d’une civilisation. « Je pense évidemment à la mort », avait-il déclaré. « Mais peu, aussi peu que possible. Pour en avoir moins peur, j’ai appris à vivre avec une idée très simple, très peu philosophique : brusquement tout s’arrête et c’est le noir absolu. La mémoire est abolie. Ce qui me soulage et m’attriste, car il s’agira là de la première expérience que je ne pourrai pas raconter. »

Ramon Chao, Le Monde, 17 avril 2014

 
En amont – Grande lecture

Dimanche 8 mars, 14h30 – Le Gyptis, place Caffo, 13003 Marseille
Cent ans de solitude
L’acteur Mathieu Amalric est invité par le Gyptis et La Marelle pour réaliser une grande lecture de Cent ans de solitude (premier chapitre ).

« Bien des années plus tard, face au peloton d’exécution, le colonel Aureliano Buendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l’emmena faire connaissance avec la glace. »
Cent ans de solitude, traduit de l’espagnol (Colombie) par Claude et Carmen Durand, Seuil, 1968.

 

Ouverture – García Márquez et le cinéma

Mercredi 25 mars, 18h à 21h
La Friche la Belle de Mai, Grand plateau, 41 rue Jobin, 13003 Marseille
Projection du film Del amor y otros demonios
de Hilda Hidalgo (Costa Rica, Colombie, 2009, 95’)

De l’amour et autres démons est l’une des histoires d’amour les plus provocatrices de Gabriel Garcia Marquez. En pleine inquisition et esclavage, la très jeune Sierva María aimerait connaître le goût des baisers. Fille de marquis élevée par des esclaves africains dans la coloniale Carthagène des Indes, elle ne veut pas respecter les règles…
Pour la réalisatrice Hilda Hidalgo, la sensualité vitale et ouverte de Sierva María s’oppose à l’obscurantisme et l’intolérance de la colonie, au monde de l’inquisition empli du sentiment de faute et de sévérité. Elle révèle la solitude et les peurs de ceux qui l’entourent, dans un système politico-religieux qui s’écroule.
Film proposé par l’ASPAS dans le cadre des 17es Rencontres du cinéma sud-américain.

Précédée de lectures par La Réplique sur le thème de l’amour, et suivie d’un échange entre le public et les invités du colloque (Annie Morvan et Albert Bensoussan) sur le thème « Littérature et cinéma chez García Márquez », animé par l’ASPAS et La Marelle.
Pot amical offert par La Marelle

 
Rencontres scolaires et projection 

Jeudi 26 mars, 9h – Le Gyptis, place Caffo, 13003 Marseille
Buscando a Gabo, documentaire de Luis Fernando « Pacho » Bottia (Colombie, 2014, 52’)

Portrait de García Marquez et des grandes périodes de vie, à travers un documentaire très accessible. Ouvert au public, suivi d’un échange avec la salle.
Réservations et informations 

 

Dialogue entre Annie Morvan et Albert Bensoussan

Jeudi 26 mars, 17h30 à 19h30
La Friche la Belle de Mai, Grand plateau
, 41 rue Jobin, 13003 Marseille
Gabo, l’ami colombien

Annie Morvan est éditrice au Seuil, désignée en 1981 par García Márquez comme son unique traductrice française à partir de LAmour aux temps du choléra, ses liens avec « Gabo » sont une histoire de musique, de langue et d’amitié. Albert Bensoussan est romancier, traducteur, essayiste, universitaire, il est le préfacier de nombreuses traductions françaises de García Márquez, dont Cent ans de solitude et est par ailleurs le traducteur attitré de Guillermo Carrera Infante, de Manuel Puig et de Mario Vargas Llosa. Dialogue animé par Pascal Jourdana.

Lectures de contes et nouvelles par La Réplique
Buffet proposé par l’Aspas

 

Le choc « Cent ans de solitude » 

Vendredi 27 mars, 11h à 13h
La Friche la Belle de Mai, Grand plateau, 41 rue Jobin, 13003 Marseille

Entretien de Pascal Jourdana avec l’écrivain et poète colombien Ernesto Mächler Tobar, également maître de conférences au Centre d’Études Hispaniques d’Amiens, sur le roman phare du « boom » latino-américain.

Lectures d’extraits de Cent ans de solitude par La Réplique
Buffet proposé par l’Aspas

  

Suite du colloque

En mai à l’Abbaye de Fontevraud
En novembre à Paris [programme en cours]

 
Voir aussi

La fiche Wikipédia de Gabriel García Márquez

 

La Marelle remercie particulèrement les Rencontres du cinéma sud-américain (ASPAS) d’avoir permis d’intégrer le Colloque « Pour García Márquez » au sein de sa programmation.

 

La Marelle remercie La Sofia – Action culturelle pour son soutien financier.

La Sofia

 Copie Privée