Je crois que l’ignominie du monde est toujours quelque chose qui vous dépasse et pour laquelle il n’y a pas d’explication. Alors comment traduire cela en mots ? Comprendre va être difficile. Nous ne sommes d’ailleurs pas toujours obligés de comprendre. Nous écrivons dans le chaos, même quand nous résistons. Ce chaos s’infiltre et imprègne ce que j’écris. Après une longue apnée

Julien Mabiala

Bissila

■ Auteur, comédien, metteur en scène
■ République du Congo, France

Biographie

Né en 1976 à Brazzaville au Congo, Julien Mabiala Bissila suit une formation dramatique qui est interrompue en 1997 par la guerre civile du Congo, à laquelle il réchappe en vivant pendant deux années dans la forêt. À partir de 1999, il se consacre au théâtre et participe à plusieurs créations du théâtre des Tropiques et du Saka-Saka Théâtre avec le dramaturge Jean Jules Koukou et Abdon Fortuné Koumbha. Il crée la compagnie Nguiri-Nguiri Théâtre en 2002, avec laquelle il est régulièrement invité sur les scènes et festivals africains. Il met en scène ses textes Le Musée de la honte, La Dernière chance ainsi que des textes d’Emmanuel Dongala adaptés à la scène.

Depuis 2005, il est accueilli par de nombreux théâtres et festivals, en tant qu’auteur ou comédien : le Vieux-Colombier dans le cadre du programme « Écritures d’Afrique » ; le Théâtre des Bernardines à Marseille pour la création d’un texte d’Aristide Tarnagda On ne payera pas l’oxygène par Eva Doumbia ; le Théâtre du Rond-Point et Nouvelles Zébrures à Limoges pour Crabe rouge ainsi que pour les 30es Francophonies en Limousin en 2013 toujours pour Crabe rouge et Imagine, une commande d’écriture pour le projet Cahier d’histoires #3, mise en scène Philippe Delaigue.

En 2011 il réside à la maison des auteurs à Limoges. Son texte Au nom du père, du fils et de J.M. Weston, primé aux Journées de Lyon des auteurs de théâtre la même année, a été lu au Festival d’Avignon 2013 en collaboration avec RFI et France-Culture puis à Montréal au festival Dramaturgie en Dialogue. En mars 2014, il effectue une première résidence à La Friche la Belle de Mai à Marseille, à La Marelle, en partenariat avec La Cité et la « Biennale des Écritures du réel ». Après une longue apnée est publié en janvier 2014 dans le numéro 1 de la revue de La Marelle, La première chose que je peux vous dire…

En 2015 il crée la compagnie Bissila.

Bibliographie et travaux

Textes joués et/ou publiés (sélection)

  • TRANS, inédit, 2016 Zokwezo, inédit, 2016
  • Imagine, inédit, 2015
  • Au Nom du père, du fils et de J.M. Weston, suivi de Chemin de fer (Prix RFI Théâtre 2014), Lansman, 2015
  • Crabe rouge, coll. « Passage(s), Libres courts au Tarmac », 2015
  • « Le Confessionnal », nouvelle, in Première nuit. Une anthologie du désir, collectif dirigé par Léonora Miano, Mémoire d’encrier, 2014
  • « Après une longue apnée », in La première chose que je peux vous dire…, numéro 1, La Marelle, 2014

Sitographie

Le site des Francophonies

Sur le site de la Biennale des écritures du réel


Haut de page

La Marelle
La Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin, 13003 Marseille
Tél. 04 91 05 84 72

La Marelle est une structure résidente permanente de la Friche la Belle de Mai

Soutiens financiers de La Marelle
Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur · Centre National du Livre · Région Sud Provence–Alpes–Côte d’Azur · Ville de Marseille · Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône · La Sofia Action culturelle · Fondation Michalski

© La Marelle 2020 - La Marelle est une structure résidente permanente à la Friche la Belle de Mai

Conception du site Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Graphisme Alexandre Sauzedde - Développement de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.