Nous nous lavons avec les autres femmes. | Mes enfants sont leurs enfants. | Je veux rassembler tous les morceaux. | Porter la robe avec les autres. | Sans elles, vieilles et adolescentes, estropiées et très belles, blanches et noires, moi je n’existe pas. | Je suis femme tant qu’elles existent.
« Déchirure », trad. Olivier Favier, Circé – Université Sorbonne Nouvelle

Ubah Cristina

Ali Farah

■ Poète, romancière, dramaturge
■ Italie, Somalie

Biographie

Ubah Cristina Ali Farah est née à Vérone, en Italie, d’un père somalien et d’une mère italienne. Elle a grandi à Mogadiscio mais a quitté le pays au début de la guerre civile à l’âge de dix-huit ans.

Elle est titulaire d’un doctorat en Études africaines à l’Université de Naples – L’Orientale. Sa thèse portait sur la culture populaire somalienne, en particulier les pièces de théâtre somaliennes de 1955 à 1990. Elle a vécu à Rome où elle a enseigné la langue et la culture somaliennes à l’Université Rome III. Elle s’occupe depuis 1999 d’apprentissage interculturel avec des projets en direction des étudiants, des professeurs et des femmes immigrées. Les activités portent sur les thèmes du récit, de la littérature postcoloniale et de la migration. Elle collabore dans ce domaine avec de nombreuses associations et ONG italiennes. Elle vit et travaille maintenant à Bruxelles.

Elle est poète, romancière, dramaturge et interprète. Elle a publié des récits et des poèmes dans plusieurs anthologies et de nombreuses revues, et en 2006, elle a remporté le prix littéraire national Lingua Madre. Son roman Madre piccola (2007) a reçu le prestigieux prix Vittorini et a été traduit en néerlandais et en anglais. Son roman suivant, Il comandante del fiume (« Le commandant du fleuve ») a été publié en Italie en octobre 2014.

Elle a participé au prestigieux programme international d’écriture de l’Université de l’Iowa à l’automne 2017 et a été en résidence à la MEET (Maison des Écrivains et Traducteurs de Saint-Nazaire) en 2018.

Actuellement, elle écrit le livret tiré des récits trouvés à Matera (capitale européenne de la culture 2019) pour un opéra communautaire intitulé Silent City. Elle a également travaillé à la réécriture d’Antigone interprétée à Palerme, capitale italienne de la Culture 2018.

Bibliographie et travaux (sélection)

Bibliographie (en italien)

  • Le stazioni della luna, roman, 66th and 2nd, 2021
  • Il comandante del fiume, roman, 66th and 2nd, 2014
  • Madre piccola, roman, Frassinelli, 2007, Prix Vittorini 2008. Traductions : Barni en Domenica, Sirene, Pays-Bas, 2008 ; Little Mother, Indiana University press, États-Unis, 2011

Bibliographie (en français)

  • Un sambouk traverse la mer, meet, 2020 (reporté)

Sitographie

Sa page Wikipédia


Haut de page

La Marelle
La Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin, 13003 Marseille
Tél. 04 91 05 84 72

La Marelle est une structure résidente permanente de la Friche la Belle de Mai

Soutiens financiers de La Marelle
Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur · Centre National du Livre · Région Sud Provence–Alpes–Côte d’Azur · Ville de Marseille · Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône · La Sofia Action culturelle · Fondation Michalski

© La Marelle 2020 - La Marelle est une structure résidente permanente à la Friche la Belle de Mai

Conception du site Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Graphisme Alexandre Sauzedde - Développement de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.