Autour des « Nanodrames » de Jean-François Magre

Sam. 18 & dim. 19 mai 2013 – Friche la Belle de Mai

Ateliers littéraires numériques – Dans le cadre des 48h Chrono

Les nanodrames sont le résultat de frictions, d’interférences et de va-et-vient entre plusieurs nébuleuses (sources photos, observation de la vie, techniques d’écriture littéraire, plastique et cinématographique…). Le but de ces ateliers est de mettre en pratique ces rapprochements progressifs en partant sur l’élaboration d’un ou plusieurs nanodrames…

 

Deux ateliers collectifs

Proposés par Jean-François Magre à l’occasion des « 48h chrono » 2e édition, mai 2013

Samedi 18 mai, 14h > 16h • Dimanche 19 mai, 14h > 16h
Lieu : appartement de résidence de La Marelle. Villa des auteurs. Accès par l’escalier extérieur le long de la crèche, puis entrée côté rue, 1er étage
Gratuit – Sur inscription à l’accueil général « 48h chrono » ou avec le formulaire de contact

 

Les nanodrames sont le résultat de frictions, d’interférences et de va-et-vient entre plusieurs nébuleuses (sources photos, observation de la vie, techniques d’écriture littéraire, plastique et cinématographique…)

Le but de ces ateliers est de mettre en lumière ces mécanismes et de mettre en pratique ces rapprochements progressifs en partant sur l’élaboration d’un ou plusieurs nanodrames par atelier : observation, choix de photos, mise en séquence, écriture.

Au fur et à mesure, Jean-François Magre, lauréat de l’appel à projets « Résidence numérique » 2013, fera référence à quelques travaux éclairants :

⁃ l’OULIPO avec la contrainte et le clinamen.
⁃ les plasticiens qui ont utilisé l’écriture dans l’image (John Hilliard « Cause of death », Hamish Fulton « Rock Fall Echo Dust », Jeffrey Shaw « The legible city », Rosemary Trockel « Ich habe angst », Willie Doherty « Same Differences »…)
⁃ le punctum et le studium de Roland Barthes
⁃ le sampling et Post-production de Nicolas Bourriaud
⁃ quelques notions d’écriture cinématographique (montage, effet Koulechov)

Puisque chaque atelier s’effectue en groupe, il faudra essayer de profiter de l’idée d’échange et de jeu. Si le nanodrame est un travail de composition de texte et d’image, ce n’est que la dernière étape. Les participants ne travaillant pas sur des ordinateurs avec des logiciel de retouche photo, ils se concentreront sur la production de texte et l’observation. Cependant, pour que l’exercice ne soit pas trop abstrait, il serait intéressant d’inscrire les textes finis sur du papier calque pour aborder la question de la place du texte dans l’image, voire de son aspect…

 

Plusieurs points de départ possibles (les modalités précises seront fournies aux participants après inscription, ou seront décidées sur place avec le groupe)

⁃ chaque participant apporte une photo personnelle quelconque. Une fois sur place, chacun donne sa photo à son voisin qui ne la connaît pas et se charge de la décrire. À partir de là, tous retravaillent ensemble les blocs textes pour en faire émerger une histoire.

⁃ le groupe étant divisé en deux, une moitié se voit confier le soin de décrire le plus précisément possible un jeu de photos, puis l’autre construit une histoire à partir de ce qu’elle imagine de ces images cachées, avant de rapprocher les deux groupes.

⁃ toujours en sous-groupes, piocher plusieurs phrases au hasard dans un livre de la bibliothèque de la villa et les associer à autant de photos prises aussi au hasard dans le tas disponible, puis développer une histoire à partir de cette contrainte.

⁃ à partir du stock de photos, chaque groupe en organise sept en séquence et développe une histoire, puis au bout d’un certain temps les participants doivent s’échanger trois clichés et trois blocs textes et les intégrer à leur première narration.

⁃ donner à chaque groupe un thème lié à un jeu de photos cachées pour qu’ils créent une histoire, puis Jean-François Magre dévoile les photos qu’il avait associées à ce thème. Les participants les font correspondre aux textes en réfléchissant sur la consécution et la place du texte (thèmes possibles : « viande » pour une série de photos comportant un élément rouge, « panne » pour une série de photos de routes, « enfermé » pour une série de photos de rues…)

Jean-François Magre proposera en fin de séance de mettre au propre (format pdf) les nanodrames produits après chaque atelier en respectant le travail des participants.

 

Fourniture : papier, papier calque, stylos indélébiles…

 

Pour aller plus loin
________________________________