La première chose que je peux vous dire… #5

La revue de La Marelle

Avril>août 2015

Textes inédits de : Frédéric Pajak, Elsa Osorio, Amira-Géhanne Khalfallah.

 Au sommaire de ce numéro 5

Textes inédits
L’Homme aux yeux gris, d’Elsa Osorio
Le Cadeau, de Frédéric Pajak
Shams et les poissons du désert, d’Amira-Géhanne Khalfallah

Les Chroniques
Quand on rêvait, de Clemens Meyer, par Antonia Blau
L’Incendie, d’Antoine Choplin & Hubert Mingarelli, par Laurence Vilaine 
Je suis un dragon, de Martin Page (Pit Agarmen), par Fanny Pomarède
Le Cœur du pélican, de Cécile Coulon, par Fred Robert

Brèves numériques :
– La revue transocéanique et bilingue Corrientes
– La Collection du Zaporogue, E-Fractions

 

 

Éditorial 

 

CE NUMÉRO DE PRINTEMPS DE La première chose que je peux vous dire… nous permet de vous offrir une belle sélection de textes, écrits par de grands auteurs provenant d’horizons divers.  

L’Argentine Elsa Osorio ouvre la revue avec « L’Homme aux yeux gris », une nouvelle qui prolonge son dernier roman, La Capitana (paru chez Métailié en 2012), en créant un jeu de mémoire et de fiction entre les per- sonnages de ce livre et la narratrice/romancière. Où l’on voit comment un livre vit parfois en dehors des pages qui le contiennent, comment un auteur peut se lier à des êtres de papier, eux-mêmes poursuivant en partie l’existence d’hommes et de femmes ayant réellement existé. Une nouvelle qui frôle l’abîme, ajoutant des interrogations aux interrogations, mais qui donne aussi des clefs sur le rapport à l’Histoire et au réel qu’entretient Elsa Osorio dans ses fictions.

C’est un « Cadeau » inattendu que le dessinateur et écrivain Frédéric Pajak apporte à la revue avec cette courte nouvelle, rythmée, incisive, facétieuse. Des personnages croqués en quelques phrases, un épisode de la vie courante qui tourne au burlesque, quelques équivoques bien sentis, font venir le sourire au bord des lèvres. Mais de tout cela émane aussi de la tendresse, de la douleur et de la compassion.

C’est en Algérie que la courte pièce dramatique d’Amira-Géhanne Khalfallah se déroule. Mais une Algérie d’anticipation. Se croisent dans ce texte deux couples, des méduses et un écran, en six scénettes et quelques dialogues. Des êtres nomades, perdus entre un passé flottant et un avenir flou, se raccrochant aux rêves, aux mots… ou à un soleil féminin. Une sorte de conte qui s’inscrit dans le cadre du projet Écris-moi un mouton de la Compagnie Arnica, que La Marelle a par ailleurs accueilli en résidence en décembre 2013, avec le théâtre Massalia. Un nouvel exemple des résonances qui se créent tout naturellement dans ce lieu de création que nous nous efforçons de porter.

Dans la partie Chroniques, nous vous proposons de retrouver quelques auteurs invités à l’occasion de différents événements que nous avons organisés ou coproduits : Clemens Meyer, Antoine Choplin, Hubert Mingarelli, Martin Page et Cécile Coulon, plus quelques « brèves numériques » qui offrent un aperçu sur des formes de création littéraire très actives aujourd’hui.


Bonnes découvertes ! 

Pascal Jourdana

 

La revue La première chose que je peux vous dire…, environ 40 pages de lecture, paraît trois fois par an. L’acheter, s’y abonner, c’est aider La Marelle à faire émerger de nouveaux projets littéraires en soutenant les auteurs, afin de faire connaître la diversité et la richesse de la création contemporaine.

Broché / 40 à 48 pages / Prix de vente 6 € / En vente dans certaines librairies (diffusion en cours), à La Marelle et sur abonnement : 15 € pour un an, 3 numéros / 28 € pour deux ans, 6 numéros / frais de port sont offerts pour la France métropolitaine (se renseigner auprès de La Marelle).

Le Minuscule

Le Minuscule, exemplesCette revue est intégralement rédigée en Minuscule, un caractère typographique pour les très petits corps conçu par Thomas Huot- Marchand. Celui-ci l’a imaginé après son arrivée à l’Atelier National de Recherche Typographique (ANRT), quand il a découvert les travaux d’un ophtalmologue du XIXe siècle, le docteur Émile Javal, lequel avait développé une incroyable « Théorie des Impressions Compactes ». Ce caractère existe en cinq dessins différents et s’inscrit dans un vaste travail de recherche sur les limites de la lisibilité typographique.

Le Minuscule a reçu le Certificate of Excellence in Type Design du Type Directors Club de New York dans le concours TDC2 2005. Erik Spiekermann l’a également élu Favourite Font of 2007 et Paul Shaw comme l’une des Ten Typefaces of the decade dans Imprint. La première chose que je peux vous dire… et l’équipe de La Marelle sont heureuses de contribuer à sa diffusion. 

D’une élégance discrète, le Minuscule offre en outre, grâce à sa très grande lisibilité, une réduction significative de la consommation d’encre et de papier, sans nuire au confort de lecture.