Petits legrands Marionettes © Hélèna Villovitch

Pour qui sonne Legrand

L’autre soir, il y avait Julia Deck à la télé, c’est-à-dire qu’elle apparaissait sur l’écran de mon ordinateur, lui-même perché sur la montagne de cartons qui me tient lieu de mobilier ces temps-ci. L’auteure de l’excellent Propriété privée était en train de raconter à Guénaël Boutouillet qu’elle avait découvert mes premiers bouquins lors de leur parution, il y a vingt ans. Cela ne me rajeunissait certes pas, mais me faisait tout de même plaisir. J’attendais le moment où Julia allait révéler au public que j’étais en quelque sorte son inspiratrice, sa maîtresse à penser, son idole peut-être. Ça en prenait le chemin lorsque, à 01:07:56, la connexion s’est interrompue.

De dépit, j’ai éventré quelques cartons afin de disposer leur contenu sur mes toutes nouvelles étagères à livres. Car ça y est, je vis à Marseille pour de vrai. Un petit avertissement en direction des auteur(e)s désirant venir en résidence à La Marelle : attention, vous risquez de ne jamais repartir de cette ville, c’est ce qui m’est arrivé l’été dernier. Et un conseil pratique : lorsque malgré mon avertissement vous vous retrouverez (plutôt que sur la plage escomptée) en bas d’une montagne de cartons, sachez que pour ouvrir ces derniers, vous pouvez utiliser un couteau à huîtres, très efficace et remarquablement stylé.

Tout en écaillant mes cartons, je repensais à Julia et me remémorais les bons titres que nous avions trouvés l’année dernière pour mon livre à venir. C’était un vrai travail d’équipe, l’un de ces rares moments collaboratifs où deux auteures abandonnent tout ego au seul bénéfice de l’œuvre commune. Ainsi, je ne saurais dire laquelle de nous deux avait trouvé « Un barrage contre les Legrand », mais c’était un titre qui nous ravissait. Si je m’émouvais aussi pour « 50 nuances de Legrand », Julia était fort inspirée par « Autant en emporte Legrand ». 

Cependant, le livre terminé à la Marelle et sorti dernièrement s’appelle Et si on mangeait les Legrand ? C’est pure honnêteté ; l’ouvrage contient vraiment des Legrand qui sont consommés par des gens, c’est véridique.

Carnet de résidence

Hélèna Villovitch

30 mars 2021
Haut de page

La Marelle
La Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin, 13003 Marseille
Tél. 04 91 05 84 72

La Marelle est une structure résidente permanente de la Friche la Belle de Mai

Soutiens financiers de La Marelle
Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur · Centre National du Livre · Région Sud Provence–Alpes–Côte d’Azur · Ville de Marseille · Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône · La Sofia Action culturelle · Fondation Michalski

© La Marelle 2020 - La Marelle est une structure résidente permanente à la Friche la Belle de Mai

Conception du site Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Graphisme Alexandre Sauzedde - Développement de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.