Sous surveillance médicale #6

(Photo : Fanny Pomarède)

 

E. m’apprend que Facebook travaille avec le gouvernement américain pour détecter les personnes infectées en analysant leurs posts. Mais je ne trouve rien là-dessus lors de mes recherches. Cela me rappelle toutefois une pratique d’Uber analysant le comportement des utilisateurs pour détecter leur état émotionnel ou leur degré d’alcoolémie (via le nombre de tentatives de connexion, le temps de latence) afin d’orienter une voiture adaptée voire de filtrer les clients indésirables.

Le 18 février à Singapour, dans un autre genre, les autorités ont demandé à Facebook de retirer l’accès à la page Slate Time Review, estimant qu’elle désinformait les internautes au sujet du coronavirus, en application de la loi singapourienne contre la désinformation. La lutte contre la propagation du virus est double, elle s’étend aussi à la lutte contre la propagation d’informations autour du virus, estimées erronées ou non, légitimes ou pas, plus ou moins recevables en fonction des stratégies politiques adoptées par les pays.

The New York Times a mis en ligne une modélisation de la pandémie à partir de Wuhan, chaque individu étant symbolisé par un point, et cela me rappelle les modélisations de mouvements de foule auxquelles travaille D. Je lui demande son avis. Il conclut assez rapidement que la première modélisation n’est pas fiable car elle s’inspire des mouvements de particules de gaz, qui n’ont rien en commun avec les déplacements humains. Une autre modélisation retient mon attention, sur les mouvements de la population le 31 décembre 2019, en Chine. (Il semblerait que la pandémie ait explosé lors des voyages du Nouvel An). Celle-ci n’a pas repris les mouvements de particules de gaz, il s’agit des vraies données de géolocalisation téléphoniques de la population chinoise, précise, non sans fierté, son auteur américain.

Carnet de résidence

Gabrielle Schaff

21 mars 2020
Haut de page

La Marelle
La Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin, 13003 Marseille
Tél. 04 91 05 84 72

La Marelle est une structure résidente permanente de la Friche la Belle de Mai

Soutiens financiers de La Marelle
Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur · Centre National du Livre · Région Sud Provence–Alpes–Côte d’Azur · Ville de Marseille · Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône · La Sofia Action culturelle · Fondation Michalski

© La Marelle 2020 - La Marelle est une structure résidente permanente à la Friche la Belle de Mai

Conception du site Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Développement de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.