Vendredi 21 février

64 jours de marche : une bien longue route pour revenir de Kinshasa... © Benoît Virot

Échange de nouvelles, depuis l’aéroport de Bruxelles, avec les autres participants à la fête qui voyageaient ces jours-ci. Découverte de Marseille-Marignane et retour à la Villa pour un long défrichage des listes et ressources textuelles glanées durant le séjour. Notes, textos, mémoire, je harcèle les sites Addall et Electre de sollicitations, pour finir par Priceminister. Tiens ! un livre édité par Vents d’ailleurs en 2015 et à 498 euros. J’ai reniflé le bon filon.

Café de travail avec P. concernant la programmation de ma résidence en juin. On commente la couleur des fruits de la passion. Nous commencerons par une déambulation à la Bibliothèque de l’Alcazar, conçue par le camarade Guillaume Fayard, dont les collections rendent substantiellement hommage au catalogue.

Le soir, vernissage à Art-Cade de l’exposition de gigantextes de Michèle Métail, « C’est parce que les mots… » Impressionnantes variations sur la combinatoire des signes, des couleurs et des mots, notamment dans trois rouleaux de « Compléments de noms » qui font un tabac à haute voix. Beaucoup de fatigue, très peu dormi cette semaine, à boire jusqu’à plus soif d’improbables brunes tièdes et à manger trop gras après minuit. Mais comme souvent à Marseille, la forme revient au premier légume. Un avocat, une salade verte et un pot d’anchois devraient m’aider à tenir jusqu’à lundi. L’épicerie de la petite rue d’Isoard, en embuscade près de la rue Consolat, est profuse et idéale. C’est mieux qu’un décor de film, tant dans cet étroit et court segment de rue elle a pignon(s).

[caption id="attachment_15779" align="alignleft" width="350"] Brazzaville est plus proche de Marseille que de Kinshasa © Benoît Virot[/caption] [caption id="attachment_15781" align="alignleft" width="350"] Entouré de deux ambassadrices, minuit dans la terrasse-jardin d’un aéroport © D. R. [/caption] [caption id="attachment_15782" align="alignleft" width="291"] Mosaïque d’œuvres artistiques franco-métaillo-kinoises © Benoît Virot[/caption]

Carnet de résidence

Benoît Virot

1 mai 2020
Haut de page

La Marelle
La Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin, 13003 Marseille
Tél. 04 91 05 84 72

La Marelle est une structure résidente permanente de la Friche la Belle de Mai

Soutiens financiers de La Marelle
Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur · Centre National du Livre · Région Sud Provence–Alpes–Côte d’Azur · Ville de Marseille · Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône · La Sofia Action culturelle · Fondation Michalski

© La Marelle 2020 - La Marelle est une structure résidente permanente à la Friche la Belle de Mai

Conception du site Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Graphisme Alexandre Sauzedde - Développement de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.