Dernier jour

Ce matin, pour la première fois pendant ces six semaines de résidence et d’écriture, de rencontres, de lectures, le ciel était  brouillé, comme pour faciliter le départ, ne pas devoir quitter avec regret ce bleu permanent, cette chambre d’écriture, et le son des trains, leurs allers-retours.

Avoir fini le texte, être parvenue à démêler l’écheveau des liens tapis sous les mots et les dessins.

Le reste est à continuer ailleurs: briser la linéarité du dispositif numérique, dénicher de nouvelles circulations dans cet espace hospitalier en construction, introduire des brèches, des labyrinthes, d’autres chemins; pouvoir se perdre dans le dédale des couloirs, fabriquer notre propre Marelle.

Se rendre pour la première fois en fin de semaine sur le toit de la Friche, avec ce panorama de Marseille qui scintille, les montagnes au loin qui bordent la ville, semblent la protéger. Et l’échelle de Jesse Darling pour y accéder.

Partir avec un aller simple et l’envie de revenir.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *