Dérive #3

_dsf6593-marelle

De loin on te voit. Dans les avenues dégagées on te voit. On te voit d’autant mieux qu’on est obligé de t’imaginer. Un humain au loin on ne sait pas ce que c’est, alors on l’imagine. De loin, on se fait une idée nette de toi qui vient remplacer l’image floue des yeux. De loin souvent tu fais peur. Parce que l’imagination se nourrit de plein de choses pas très belles et souvent très effrayantes. De loin on ne te voit pas mais à l’aide de l’imagination, tu fais peur et on te surveille du coin de l’œil. De loin tu énerves le regard. C’est pas comme de près. De près au on peut te sentir. Même si on peut pas te sentir on peut te sentir. On peut ne pas aimer ton odeur, généralement on n’aime pas l’odeur des autres, mais l’odeur, ça rassure. Ça calme les yeux.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *