Numéro d’écrou 36257

Arno Bertina

Résidence : 9 au 19 juin 2012 (Alger) / 21 juin au 4 juillet 2012 (Marseille) / 14 au 17 oct. 2012 (Marseille)

Arno Bertina construit un récit, centré sur la figure d’un immigré malien arrivé en France en 1990, en imaginant son amitié avec Ahmed. La photographe Anissa Michalon connaissait ce Malien de Montreuil. Elle l’a rencontré dans sa vie quotidienne, au milieu de sa communauté, et est allée rencontrer sa famille au Mali…
[La Marelle prend l’eau] [Texte & photo]

Projet de résidence

« En 2009, La Borne SOS 77 a été publié par Le bec en l’air. J’ai écrit ce livre à partir des photographies de Ludovic Michaux, d’un campement installé au bord du périphérique parisien, où vivait un SDF. Publié dans la collection « Collatéral » qui invite au dialogue entre littérature et photographie, ce court roman a été l’occasion de dialoguer avec Fabienne Pavia, directrice des éditions du Bec en l’air, et une photographe, Anissa Michalon, dont je suis le travail (sur l’immigration malienne) depuis quelques années.
 
Nous avons tous les trois commencé à travailler sur un livre à paraître, centré sur un immigré malien, arrivé en France en 1990. Anissa le connaissait, l’a photographié dans sa vie quotidienne, et notamment au foyer Sonacotra de Boissy-Saint-Léger (94).
 
Pour ce livre, je veux parvenir à écrire à distance des photographies, dans une distance qui sera plus grande que celle qui conditionne le rapport entre texte et image au sein de La Borne SOS 77. C’est ainsi que j’en suis venu à imaginer cinq proches de cet homme qu’Anissa n’a pas photographiés : son père, un de ses frères, son épouse malienne, sa petite fille, et un Malien de Montreuil qui ne le connaissait pas mais qui a participé à une collecte après sa mort. Ces regards (maliens) permettant de décrire la pression qui s’exerce sur les sans-papiers et tous les immigrés d’Afrique, depuis le pays d’origine, quand les photographies d’Anissa Michalon donneront à voir la part française de la vie de ce migrant, et son lot de douleurs, ainsi qu’une mélancolie parfois écrasante. »

Extrait de la note d’intention d’Arno Bertina pour son projet de résidence

 

Quelques mois après cette résidence d’écriture à La Marelle, Arno Bertina et Anissa Michalon ont fait paraître aux éditions Le bec en l’air, dans la collection « Collatéral », leur ouvrage commun Numéro d’écrou 362573.
Ce travail s’est établi en parallèle avec une résidence d’Arno Bertina au Domaine national de Chambord. Les éditions Le bec en l’air ont bénéficié d’une aide de la DRAC PACA pour mettre en place ce projet à La Marelle.