Petit, dans la cour du monastère, il avait penché sa tête vers les cendres fumantes du grand brûloir à encens. Ses mains sur le large rebord de bronze n’avaient pu se déprendre du métal brûlant tant la vision qui était née de la fumée l’avait saisi à la fois d’émerveillement et d’effroi. Si un supérieur n’était pas venu l’arracher du rebord, il aurait sûrement perdu la vue.
Le singe sous la montagne

Aodren

Buart

■ Romancier
■ France

Biographie

Après des études littéraires, Aodren Buart étudie le cinéma à Lyon et à Montréal, avant d’obtenir son Master 1 de cinéma à l’Université Paris-Diderot.

En 2014, Aodren Buart obtient le premier Prix Terminales et Île-de-France au concours de Poésie en Liberté. En 2019, après un voyage décisif en Chine, il publie son premier roman, Le Singe sous la montagne, aux éditions Phébus. Il participe la même année à l’ouvrage de Phébus commémorant les trente ans des manifestations de la place Tiananmen, Tiananmen 1989–2019 Hommages et récits, en écrivant le court récit « Celui qui reste ». En mai et juin 2022, il est en résidence à La Marelle pour l’écriture de son nouveau roman, Marée haute.

Parallèlement à l’écriture, il commence le théâtre baroque en 2017. Après un an passé au sein du Théâtre Molière Sorbonne, il monte le spectacle Les Regrets autour de la poésie de Du Bellay. Il est membre de la Compagnie Oghma depuis 2019, et joue chaque saison dans plusieurs de ses productions (Les Plaideurs, La Farce de Maître Pathelin, Amphitryon, Pyrame et Thisbé…).

Après avoir réalisé le court métrage As pedras que falam, présenté à la Mostra du Cinéma du Cariri (Brésil), Aodren Buart est présent sur le tournage de Atarrabi et Mikelats d’Eugène Green. Outre un peu de figuration, son rôle est de garder une trace vidéo du tournage. Il est par la suite sollicité par la Fondation de Serralves pour fournir un montage vidéo témoignant de la création du film pour l’exposition Eugène Green, L’Image de la parole, présentée à Porto entre novembre 2019 et février 2020.

Publications

    • Le singe sous la montagne, Phébus, 2019
    • « Celui qui reste », dans Tiananmen 1989–2019 : hommages et récits, Phébus, 2019

Haut de page

La Marelle
La Friche la Belle de Mai
41 rue Jobin, 13003 Marseille
Tél. 04 91 05 84 72

Vous avez un compte lecteur ?

La Marelle est une structure résidente permanente de la Friche la Belle de Mai


Soutiens financiers de La Marelle
Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur · Centre National du Livre · Région Sud Provence–Alpes–Côte d’Azur · Ville de Marseille · Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône · La Sofia Action culturelle · Fondation Michalski
Haut de page

Mentions légales — Conditions générales de vente
© La Marelle 2020 — Conception du site Nicolas Joseph
Graphisme Alexandre Sauzedde — Développement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.