#29 Éric Pessan & Patricia Cartereau

La première chose que je peux vous dire…

La revue de La Marelle – juillet 2018

La première chose que je peux vous dire c’est que je me sens enthousiaste, cela signifie que l’essentiel est là, parce que tout le reste – les idées, les projets, la technicité, le savoir-faire, les livres déjà publiés, les résidences déjà effectuées – n’est d’aucune aide si l’enthousiasme fait défaut. [Éric Pessan]

Au sommaire de ce numéro 29

Texte inédit
En marchant, en écrivant, en dessinant, d’Éric Pessan, Dessins Patricia Cartereau

La première chose que je peux vous dire
— La première chose que je peux vous dire c’est que je me sens enthousiaste, cela signifie que l’essentiel est là, parce que tout le reste – les idées, les projets, la technicité, le savoir-faire, les livres déjà publiés, les résidences déjà effectuées – n’est d’aucune aide si l’enthousiasme fait défaut. [Éric Pessan]
— La première chose que je peux vous dire est que Marseille m’étourdit. Ses couleurs vives, ses bruits emmêlés, ses points de vue époustouflants, et cet étrange vent fou certains jours… Vivement de revenir ! [Patricia Cartereau]

Le « questionnaire » décalé (à retrouver en intégralité dans la revue)
Votre a priori sur Marseille ? Une ville d’enchevêtrements où il est possible de se perdre.
– Un coup de cœur artistique ? L’artiste peintre américaine Georgia O’Keefe
Une bonne résolution pour cette résidence à La Marelle ? Garder précieusement en tête que travailler à deux sera une chance et une joie.
Une journée type de l’écrivain au travail ? Être en résidence maintient la journée type à distance, et c’est très bien comme ça.
Un son ou une musique ? Robert Wyatt : « Alifib ».
Une bonne résolution pour cette résidence ? Être à l’écoute.

Biographies et travaux
  
Éditorial

L’artiste-peintre Patricia Cartereau et l’écrivain Éric Pessan partagent leurs vies depuis près de trente ans, et chacun voit au quotidien ce que « fabrique » l’autre. Le bureau de l’un ouvre sur l’atelier de l’autre, ils prennent connaissance de leurs travaux « en direct », ont même parfois travaillé ensemble, jusqu’ici toujours à partir d’impulsions extérieures. Ce qui n’a pas empêché de fort belles réalisations, en particulier aux Éditions du Chemin de fer ou à l’Atelier contemporain.

Pourtant l’envie était là depuis longtemps de croiser leurs pratiques artistiques en imaginant un projet plus personnel, qui prendrait naissance d’abord en eux. Cette résidence commune à La Marelle leur en donne l’occasion. Ils souhaitent y expérimenter ce qu’ils ne peuvent faire au « confort » de leur foyer-bureau-atelier quotidien, pour partir librement à la découverte d’autres lieux comme d’autres aspects de leurs propres personnes. Avec un fil conducteur,cependant, qui n’a pas été long à trouver : la marche. À Marseille et dans les alentours, le tracé du GR®2013 leur en donnera l’occasion.

Car tous deux aiment marcher, randonner. Profondément liée au processus créatif de Patricia Cartereau, la marche lui fournit quantité de matériaux, tandis qu’Éric Pessan pratique la marche pour y « cueillir ce qu’il ne saurait inventer ». Mais ils n’ont jamais marchéensemble dans le but d’écrire et de dessiner.

Le texte d’Éric et les dessins de Patricia présents dans cette revue offrent un avant-goût de ce à quoi pourra aboutir ce désir commun. Le nôtre, à La Marelle, est d’ores et déjà comblé. Car une résidence de création et d’expérimentation croisant texte littéraire et art visuel, avec le déplacement comme moteur pour voir autrement ce qui est déjà là, c’est tout ce que nous apprécions et souhaitons voir s’accomplir ici.

Pascal Jourdana
Directeur artistique de La Marelle, juillet 2018

 

2 euros – ISSN 2274-3154
Envois courrier et abonnements sur simple demande auprès de La Marelle

 

La première chose que je peux vous dire… est aussi parfois une revue radiophonique, diffusée sur 88.8 fm Marseille. Une coproduction La Marelle / Radio Grenouille. Voir aussi la page de l’émission.

Voir les autres numéros.