The Hole

Berta Tarragó

Projet accompagné en 2016-2018

Un récit de science-fiction sur la capacité de transformation de l’identité humaine, sur la connaissance et la mémoire de la terre. Projet lauréat « Résidences d’auteurs – Écrire pour la rue » (SACD/DGCA) et « Cultures Urbaines et Innovantes » (Région Provence–Alpes–Côte d’Azur).

Retrouver aussi Berta Tarragó… à La Marelle
     > Sa biographie
     > Ses rencontres à venir
     > Ses rencontres passées
     > Ses créations
          • sur Carnets de résidences, le blog des auteurs de La Marelle

… ailleurs
     > Le site internet The Hole 
     > Karwan

 

Situé au lendemain de l’effondrement du monde, ce conte visuel et sonore met en jeu des tentatives de reconstruction, à travers une installation immersive spectaculaire qui est contée et actionnée au fur et à mesure de son déroulement. Un dispositif scénique à la frontière de l’art vivant et l’art visuel, mêlant des expressions artistiques multiples. S’inscrivant dans les réalités d’aujourd’hui, The Hole questionne notre propre identité, tout en créant une fiction, la vision d’une société à venir. Une histoire des métamorphoses.

The Hole est un projet polymorphe mêlant plusieurs écritures simultanées et des expressions artistiques multiples, au croisement du théâtre, de la danse, de la performance et de l’installation, plastique et sonore. Il intègre la présence de corps vivants (interprètes, performers, danseurs, acrobates), en mouvement, des musiciens en live, et des dispositifs image-son qui montrent différents points de vue. La lecture du récit est ainsi double : il y a le récit de la surface (les images et les sons interprétés) et celui du sous-monde ou du monde intérieur (les images et les sons découverts via des objets et des projections vidéo).
L’intention est de fabriquer un conte, une longue pièce visuelle, cinétique, sonore. Un cycle qui raconte. Une narration vivante au service d’une traversée de la mémoire de la terre. 

 

Et il y a eu le jour où le monde qui se trouve en surface fut tellement instable que tout s’est effondré et tout est devenu poussière, poussière de terre rouge, et les Hommes se retrouvèrent seuls et leurs larmes se mêlèrent à la terre et formèrent de la boue, et les Hommes commencèrent à creuser à la main et à genoux la terre devenue molle, un trou, avec la tête et les mains dans la terre pour chercher dans les origines les vestiges de tout ce qui avait formé l’être, avec la tête et les mains dans la terre pour s’aider à penser la fondation à nouveau, autrement, pour retrouver sa verticalité aux antipodes et refonder, de cette manière, un autre équilibre. Se fut ainsi qu’à travers l’acte de creuser les Hommes devinrent de nouveau terre. Se fut ainsi, que de la terre molle qui sortait du trou, les Hommes faisaient des boules, des milliers de boules de terre rouge. Se fut ainsi qu’ils commencèrent à se créer un autre monde. 

 

Pour ce projet, Berta Tarragó, auteure et metteuse en scène, travaille avec les musiciens et DJ Ander Agudo et DJAmsia, le plasticien Tezzer, le scénographe Alain Arraez, le vidéaste multimédia Zoik Lambert, les danseurs-acrobates et cascadeurs Naïm et Mehdi Abdelhakmi et l’auteure Anne Gonon.

The Hole, une coproduction Les Thérèses et La Marelle (projet accompagné 2016-2018, en recherche de partenaires de création).

Ce projet est soutenu par la SACD et la DGCA (Direction générale de la création artistique) dans le cadre du dispositif Résidences d’auteurs – Écrire pour la rue pour un travail qui se déroule entre 2016 et 2018. Il a bénéficié également de l’aide pour les Cultures Urbaines et Innovantes de la Région Provence–Alpes–Côte d’Azur et du Groupe Monier Paca, aidé par Karwan et les habitants de la Cité des arts de la rue.