Sur la route du Danube

EMMANUEL RUBEN

Écrire une remontée du Danube à vélo, depuis son delta dans la Mer Noire jusqu’à sa source dans la Forêt-Noire.
Résidence en juin 2018 / Prélude en mars

À l’heure de la fermeture des frontières intracommunautaires et de la « crise des migrants », ce projet est un geste politique : remonter le limes de l’Empire à contre-courant, caresser l’idée européenne à rebrousse-poil, de la périphérie vers le centre, et rééquilibrer la part des Balkans, réduite à la portion congrue dans Danube, le livre célèbre de Claudio Magris. Mais c’est aussi un geste poétique : écrire dans le sillage d’Elisée Reclus une « histoire de l’infini » grâce au vélo, véhicule idéal pour suivre le fleuve « au pixel près », moyen physique d’éprouver le tourbillon de la nature.

En partant du kilomètre zéro du Danube (qui se situe à l’embouchure) et en plaçant le curseur avant tout sur ses rives ukrainienne, roumaine, bulgare et serbe, là où le fleuve est encore une frontière, Emmanuel Ruben s’efforce, tout au long du trajet, de se souvenir des grandes migrations et de se montrer attentif aux restes de l’Empire ottoman, aux traces laissées par les Turcs dans les paysages, les langues, les modes de vie, l’architecture, etc., afin de révéler la part d’Orient qu’il y a en nous.

 

Un projet d’écriture qui s’inscrit dans les thèmes de prédilection d’Emmanuel Ruben : la frontière, la mémoire, l’histoire, la géographie, l’utopie, le voyage impossible… et que l’on retrouve notamment dans son roman, La Ligne des glaces, premier épisode d’une suite européenne à laquelle il travaille depuis plusieurs années.

Emmanuel Ruben

Écrivain, dessinateur
France

 

Sitographie

 

Son blog L’araignée givrée

La Maison Julien Gracq

Sur Wikipédia

Emmanuel Ruben est né en 1980 à Lyon. Ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de géographie, il passe plusieurs années à l’étranger, en tant que lecteur de français, professeur d’histoire-géographie ou volontaire international (Italie, États-Unis, Turquie, Lettonie, Ukraine) avant d’entamer une carrière universitaire qu’il abandonne avec la publication de son premier roman de manière à consacrer tout son temps libre à l’écriture et au dessin.

Parallèlement à la publication de ses livres, il a collaboré à différentes revues : Sens Public, Ravages, Edwarda, Possession immédiate, remue.net, Le Courrier des Balkans, Huffington Post

Depuis 2015, il participe à l’aventure du Collectif Inculte avec lequel il s’engage sur différents projets d’écriture à plusieurs mains.

Par ailleurs, il a exposé ses dessins et ses aquarelles dans des galeries et des lieux publics.  

Il tient à jour un site Internet personnel où il dévoile de nombreux dessins et des textes inédits.

Il est depuis fin 2017 à la tête de la Maison Julien Gracq, succédant à Cathie Barreau.

 

Parutions (sélection)

Romans, récits, essais

  • Le Cœur de l’Europe, notes de voyage, La Contre-allée, à paraître en mai 2018
  • Terminus Schengen, poésie & photographies, Le Réalgar, à paraître en mars 2018
  • Sous les serpents du ciel, roman, Rivages, 2017
  • Jérusalem terrestre, récit, Inculte, 2015
  • Dans les ruines de la carte, essai, le Vampire actif, 2015
  • La Ligne des glaces, roman, Rivages, 2014 (sélectionné le Prix Goncourt). Réédition Rivages poche, 2016.
  • Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu, récit, éd. du Sonneur, 2013.
  • Halte à Yalta, roman, Jbz & Cie, 2010.

Nombreuses parutions de textes en revues, papier et numérique.