Ruptures – Chroniques

SEDEF ECER & SONIA RISTIĆ

Résidence fin mars à début avril 2018

Face aux interrogations liées aux exils et aux migrations, deux écritures se mêlent pour aborder ces problématiques par le biais d’un thème universel : la rupture amoureuse.

Les autrices Sedef Ecer et Sonia Ristić écrivent toutes deux autour des interrogations liées aux exils et aux migrations. À la suite d’une proposition du metteur en scène Laurent Maindon, qui les invite à travailler ensemble sur un projet d’écriture composé de plusieurs petites séquences, il leur a semblé intéressant d’aborder ces problématiques par le biais de ce thème universel : la rupture amoureuse. « Depuis quelques années, nous, Sedef Ecer et Sonia Ristić, réfléchissons à un projet de collaboration. Ayant découvert mutuellement nos écritures, nous nous sommes rendues compte d’une évidente parenté entre nos deux univers. L’une comme l’autre, nous explorons la question de la mémoire et du rapport que celle-ci entretient avec le langage. L’une comme l’autre, nous racontons la friction des mondes, le va et vient entre nos « ici » et nos « ailleurs ». L’une comme l’autre, nous tentons de cerner ce qui de nos héritages complexes – historiques, politiques, sociaux, culturels – imprègne le présent ou dessine de possibles futurs. Nous partageons également une certaine vision dramaturgique, le goût de la fable, de « l’histoire bien ficelée », et nos approches théâtrales sont toutes deux nourries de nos explorations d’autres formes littéraires (roman, scénario, poème, nouvelle, etc.). Nous avons accueilli la commande passée par Laurent Maindon et Le Théâtre du Rictus avec joie et excitation : comment en filigrane de ces ruptures amoureuses se devinent les secousses sociétales provoquées par les tensions géopolitiques de ce début de XXIe siècle ? Écrire à plusieurs mains est toujours délicat, mais non moins passionnant. Il faut inventer un cadre, une structure, une façon de procéder qui laisse libre cours aux particularités des différentes écritures et approches, tout en préservant l’unité, la cohérence, de l’ensemble. Trouver les endroits où la choralité peut s’exprimer et d’autres pour laisser s’envoler des solos. Nous avons choisi d’aborder les questionnements, les craintes, les douleurs, mais aussi les joies et les espoirs qu’un moment historique, politique, soulève à travers le prisme de l’intime. Comment nos vies, nos quotidiens, nos choix de chaque instant se retrouvent-ils interrogés, bousculés, ballottés, remis en question par la course du monde ? Comment la petite histoire dialogue-t-elle avec la grande ? Où se situent les lieux de confrontation entre les préoccupations individuelles et les destins collectifs ? Qu’est-ce qui, du moment que nous traversons, modifie profondément notre rapport à l’autre, dans sa dimension la plus proche, celle de la famille, du couple ? De fil en aiguille, nous avons resserré le choix des situations que nous souhaitions aborder, et celle de la rupture, de la séparation, du conflit dans la plus petite unité sociale humaine, s’est imposée. Nous partons ainsi sur une structure fragmentaire, en kaléidoscope, en puzzle, où des couples – de longue date ou fraîchement formés, hétéros ou homosexuels, jeunes ou âgés, d’ici et d’ailleurs – se trouvent à cet endroit de rupture, le « breaking point ». Parce que la situation en tant que telle nous semble porteuse de potentiel dramaturgique, mais surtout parce qu’elle nous permet d’aborder tout ce qui la précède. Comment choisit-on celle, celui, avec qui on va cheminer ? Comment la tourmente du monde influe sur ce chemin ? Comment l’amour, dans ses premiers instants nous protège-t-il du monde extérieur et comment le monde extérieur vient-il bouleverser parfois ces citadelles imprenables ? Il s’agit de multiplier les situations, d’en offrir une palette aussi large que possible. Les couples que nous verrons se défaire viendront d’univers les plus variés. Nous désirons également nous offrir la possibilité de creuser des formes différentes, alterner le quotidien avec l’épique, passer du drame à la farce, d’une écriture presque cinématographique à l’abstraction poétique, variant également les durées et les distributions des différentes séquences. »

Sedef Ecer & Sonia Ristić

Cette commande d’écriture du collectif nantais le Théâtre du Rictus et du metteur en scène Laurent Maindon s’inscrit dans le projet d’une trilogie théâtrale autour d’un thème qui questionne les migrations et l’exil des populations dans les conflits qui ont marqué cette première décennie du XXIe siècle. Le projet s’échelonne de 2016 à 2019 et donne lieu à trois productions théâtrales : Guerre (création en avril 2017) ; Fuck America, adapté du roman d’Edgar Hilsenrath (création en juillet 2017) ; Chroniques – Ruptures (en cours d’écriture).  

Sedef Ecer

Romancière, autrice dramatique, scénariste et metteure en scène
Turquie / France
Sedef Ecer © J.-P. Mariotti
Sitographie

Sa page Facebook

Sa page personnelle

Sa page Wikipédia

Sonia Ristić

Autrice dramatique, romancière, metteuse en scène, comédienne
France / ex-Yougoslavie
Sonia Ristić © Theatre-video.net
Sitographie

Sa page Facebook

Née en 1965 à Istanbul, Sedef Ecer a grandi sur les plateaux de cinéma et de théâtre. Elle pratique plusieurs formes d’écriture en turc et en français. Comédienne, on l’a vue récemment sous la direction de Amos Gitaï (aux côtés de Jeanne Moreau), Lorenzo Gabriel, Thomas Bellorini, Patrick Verschueren, Françoise Merle, Hüseyin Aydin Gürsoy ou Joëlle Cattino.
 
Ses pièces ont été montées par une trentaine de metteurs en scène en France et à l’étranger, traduites en polonais, grec, turc, allemand, anglais, arménien. Lauréate du CNT, de la bourse Beaumarchais-SACD, des Rencontres Méditerranéennes, de la région Île-de-France, du Prix national d’écriture théâtrale de Guérande, du « coup de cœur des lycéens », elle a également écrit pour la radio (France Culture, RFI), le cinéma et la télévision (France 3, Comme chez soi sélectionné dans la catégorie « meilleure comédie » au Festival de la Rochelle).
 
Elle est entrée dans le Dictionnaire Universel des Créatrices en 2014 (UNESCO) et est sociétaire de la SACD.
Parmi ses publications en français
  • Lady first, suivi de e-passeur. com, L’Avant-Scène Théâtre, 2016
  • E-Ghost Company, création radiophonique, France Culture, 2016
  • Le Meilleur des Mondes, L’Avant-Scène Théâtre, 2015
  • Trois arbres à Istanbul, création radiophonique, France Culture, 2013
  • Va jusqu’où tu pourras, avec Michel Bellier et Stanislas Cotton, Lansman, 2013
  • Les Descendants, L’Espace d’un instant et les Éditions de l’Amandier, 2012
  • À la périphérie, L’Espace d’un instant et les Éditions de l’Amandier, 2011
  • Le Peuple arrive, Édition Théâtre du Peuple, 2011
  • Comme chez soi, téléfilm, France 3, 2011
  • Un œil sur le bazar, L’Espace d’un instant, 2010
  • Sur le Seuil, L’Amandier, 2009
Née en 1972 à Belgrade, Sonia Ristić a grandi entre l’ex-Yougoslavie et l’Afrique, et vit à Paris depuis 1991. Après des études de Lettres et de Théâtre, elle est comédienne et assistante à la mise en scène. Parallèlement, elle travaille avec des ONG importantes (France Libertés, FIDH, CCFD) sur les actions autour des guerres en ex-Yougoslavie et des questions de Droits de l’Homme.
 
Au sein du collectif du Théâtre de Verre, elle met en scène plusieurs de ses textes ainsi que des créations collectives. En 2004, elle crée sa compagnie, Seulement pour les fous. Elle encadre régulièrement des ateliers d’écriture et de jeu en France et à l’étranger. La plupart de ses textes ont été publiés / créés ou mis en ondes.
Publications (sélection)
  • Les fleurs dans le vent, roman, Intervalles, avril 2018
  • La belle affaire, roman, Intervalles, 2017
  • Yalla !, théâtre, Lansman, 2017
  • Une île en hiver, roman, Le ver à soie, 2016
  • Migrants, théâtre, Lansman / Le Tarmac, 2013
  • Lettres de Beyrouth, recueil de chroniques, Lansman / Le Tarmac 2012
  • L’enfance dans un seau percé, théâtre, Lansman, 2011
  • Le Phare, théâtre, Lansman / Le Tarmac, 2009
  • Là-bas / Ici, théâtre, Éd. de la Gare, 2008
  • Orages, roman, Actes Sud Junior, 2008
  • Sniper Avenue, Quatorze minutes de danse, Le temps qu’il fera demain, théâtre, Espace d’un instant, 2007
  • La représentation de Hamlet au village de Mrdusa-d’en-bas de Ivo Bresan, théâtre, traduction et adaptation, Espace d’un instant, 2009