Royaume-Désuni

Jonathan Coe

Résidence du 22 juillet au 26 août 2017

« Pour écrire, surtout au moment de commencer un livre, il me faut quitter Londres. » L’auteur de « Testament à l’anglaise » vient à Marseille pour démarrer un nouveau processus d’écriture…

Retrouver aussi Jonathan Coe …à La Marelle
     > Sa biographie
     > Ses rencontres à venir
     > Ses rencontres passées
…ailleurs
     > Sa page Wikipédia
     > Chez Gallimard

L’écrivain britannique Jonathan Coe, né à Birmingham, vit depuis plus de après vingt-cinq ans à Londres. Mais il s’y sent toujours un étranger. « Londres est une source fantastique d’inspiration pour un romancier mais ce n’est pas un bon endroit pour écrire. Il y manque de l’espace pour la contemplation. Or un roman exige de la contemplation. À un moment, il faut prendre du recul, changer de perspective, trouver le calme. Pour écrire, surtout au moment de commencer un livre, il me faut quitter Londres. » (Propos recueillis par Jean-Michel Demetz, L’Express, avril 2011.)

Et cette fois, c’est à Marseille qu’il a choisi de démarrer ce processus ! Va-t-il y trouver ce calme attendu ? On peut certes compter sur son regard dévastateur et son humour british pour saisir l’atmosphère de la ville, mais comme c’est aussi un parfait représentant du flegme anglais, allez savoir…

Le thème de ce nouveau roman ? Une remontée dans le temps pour tenter de comprendre, à travers les parcours individuels des personnages, comment le Royaume-Uni en est arrivé… à se désunir.

« Nous sommes ici pour représenter ce que l’Angleterre a de mieux, tout de même, et personne n’a envie de faire un esclandre. » (Extrait de Expo 58, Jonathan Coe, traduit de l’anglais par Josée Kamoun, Gallimard 2014)