Nanodrames

Jean-François Magre

Résidence du 1er mai 2013 au 27 mai 2013

Jean-François Magre est le lauréat du premier appel à projets pour une résidence d’écriture numérique à La Marelle. Avec ces « nanodrames » qui empruntent des techniques principalement dédiées à la diffusion de messages publicitaires, il a voulu réintroduire une narration plus lacunaire et mystérieuse là où il n’y a souvent qu’un slogan coup de poing. [Lauréat Résidence numérique 2013]

Projet de résidence

La Marelle, avec Alphabetville et les éditions Le bec en l’air, ont lancé fin 2012 un appel à projets pour la mise en place d’une résidence d’écriture numérique. Le lauréat, Jean-François Magre, a été désigné en février 2013. 

En empruntant des techniques principalement dédiées à la diffusion de messages publicitaires avec une concision et une efficacité toujours plus optimale, Jean-François Magre a voulu réintroduire une narration plus lacunaire et mystérieuse, là où il n’y a souvent qu’un slogan coup de poing. Il développe une série de microfictions (ou roman-photo au sens strict) glissant souvent de la chronique du quotidien au fantastique inquiétant, d’où le terme « nanodrame » qui se réfère autant à un imaginaire excité par l’image qu’à une observation du réel.

L’auteur s’inscrit dans une démarche de récupération et d’art collaboratif, utilisant des fragments d’éléments de langage prélevés dans les médias ou les conversations. Ces fragments sont retenus parce que compris de travers, puis pliés au récit mis en place.

Les Nanodrames se composent de plusieurs séquences de photos-textes qui s’enchaînent dans une causalité à la fois narrative et plastique, soit une image à deux foyers.
Dans ce mouvement, comme un pas de côté, les mots sont comme des taches de moisi sur les murs, traînent comme des objets mal rangés… Ils courent comme une légende qui aurait quitté sa place sous le cadre et lâchent dans la photographie leurs propres images, la lecture se dédouble, oscille, vacille.
De même, l’image est déviée, troublée par le texte et peut présenter les effets dont le texte porte la cause. Des présences humaines hantent aussi l’image, mais elles semblent vacantes et leur comportement indéterminé.

Le lecteur/regardeur achève en lui cette expérience chimique, il réagit différemment suivant qu’il est plus attiré par l’image ou plus porté sur la lecture, qu’il lit vite ou lentement, qu’il a besoin de relire et de tisser des liens ou qu’il se contente de survoler et d’attraper une tonalité et quelques mots ; chacun donnera forcément corps fugitivement à un personnage, tous seront sensiblement différents mais auront une origine commune.
Le choix des photographies a justement été pensé dans cette rupture du lien avec le photographe pour qu’elles deviennent réellement un espace autonome de fiction. Certaines ont été prises par l’auteur, il y a plusieurs années, oubliées puis redécouvertes, mais la plupart sont anonymes, anciennes ou récentes, trouvées dans un grenier, un tiroir, une poubelle. Les Nanodrames leur offrent une occasion de se réveiller !

Certains épisodes des Nanodrames sont déjà publiés en ligne. Le projet de l’auteur est d’écrire et de réaliser une nouvelle série de Nanodrames puis de créer des fichiers inédits à feuilleter sur les liseuses, smartphones, tablettes… Nouvelles technologies qui envahissent notre quotidien et nous questionnent. La maniabilité de ces nouveaux instruments permet d’orienter l’image dans tous les sens et ouvre de plus grandes libertés à l’auteur pour tordre le texte aux lignes ou formes présentes dans l’image. Presque toutes les liseuses et tablettes du marché se basent sur le standard ePub comme format de fichier de livre électronique.

 

La résidence terminée, le livre numérique Nanodrames a été mis en fabrication et a été publié en novembre 2015. 

Partenaires
________________________________

La résidence d’écriture numérique a été mise en place grâce au soutien et à l’appui financier de la DRAC PACA (dispositif d’aide aux résidences).
Les autres partenaires, en particulier pour l’évolution éditoriale du projet sont : CNL / CG 13 / Région PACA / La Friche La Belle de Mai.
Avec le suivi amical de l’Agence régionale du Livre PACA.