#23 Tom Cooper

La première chose que je peux vous dire…

La revue de La Marelle – novembre 2017

La première chose que je peux vous dire c’est que je m’apprêtais à mentir aux braves gens de La Marelle. Que j’avais perdu mon passeport. Qu’il avait été brûlé dans un énorme incendie. Dévoré par un carcajou. Emporté par une méga-tornade de Louisiane. Volé par un junkie qui m’a fracassé le crâne à coups de tuyau en plomb. Car voyez-vous, je suis un très mauvais voyageur.

Au sommaire de ce numéro 23

Texte inédit
Bollweevil, de Tom Cooper, extrait d’un roman en cours d’écriture.
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Valentine Leys, de même que les réponses au questionnaire.

La première chose que je peux vous dire
— La première chose que je peux vous dire c’est que je m’apprêtais à mentir aux braves gens de La Marelle. Que j’avais perdu mon passeport. Qu’il avait été brûlé dans un énorme incendie. Dévoré par un carcajou. Emporté par une méga-tornade de Louisiane. Volé par un junkie qui m’a fracassé le crâne à coups de tuyau en plomb. […] Car voyez-vous, je suis un très mauvais voyageur.

Le « questionnaire » décalé (à retrouver en intégralité dans la revue)
– Un auteur fétiche et pourquoi ? 
Ça change tout le temps. Je ne vénère personne…
Un agacement ? Bon Dieu, tout. Je suis un vieux râleur…
– Un coup de cœur artistique ? Mark E. Smith. Le chanteur de The Fall.
Une bonne résolution pour cette résidence à La Marelle ? Me concentrer. Sur une seule histoire.

Biographies et travaux
  
Éditorial

Né en 1972 en Floride, Tom Cooper a le parcours typique de l’« écrivain américain » qui a exercé de nombreux métiers (livreur de pizzas, vendeur de cigares, journaliste musical…) avant d’écrire des nouvelles, d’enseigner le « creative writing » et de publier enfin son premier roman, The Marauders (Les Maraudeurs, Albin Michel, 2016). Avec un succès immédiat, puisque ce livre a été remarqué par des auteurs tels que Stephen King, Donald Ray Pollock ou Pete Dexter, qu’il a été en France élu parmi les 20 meilleurs livres de l’année par le magazine Lire, et qu’il pourrait être adapté en série par les producteurs de Breaking Bad.

Tom Cooper y développe une intrigue percutante construite en forme de puzzle et avec tous les ingrédients du roman noir, dans l’atmosphère poisseuse des marécages et méandres du Mississippi, en Louisiane. Une région sinistrée depuis le passage de l’ouragan Katrina en 2005, puis par la pire marée noire de l’histoire de l’humanité en 2010, suite à l’explosion dans le golfe du Mexique de « Deepwater Horizon », une plate-forme de la compagnie pétrolière britannique BP. L’occasion de mettre en lumière une région des États-Unis gangrenée par une corruption quotidienne, produite par ceux qui sont prêts à tout pour devenir riches. Mais ce roman révèle aussi un maître du dialogue, au plus proche de la vie de ces gens attachés à leur terre et à leur histoire. C’est une galerie de personnages saisissants, désespérés, abandonnés par le pouvoir, souffrant de la profonde crise économique comme de leur propre incurie.

En résidence d’écriture à Marseille pour un nouveau roman, Tom Cooper prend le temps de réfléchir. Il sait qu’il va devoir choisir entre plusieurs projets, pour se concentrer sur un seul afin de le mener à bien : car il fourmille d’idées, et son monde intérieur semble aussi sinueux et touffu que le bayou !

Pascal Jourdana
Directeur artistique de La Marelle, novembre 2017

 

2 euros – ISSN 2274-3154
Envois courrier et abonnements sur simple demande auprès de La Marelle

 

La première chose que je peux vous dire… est aussi une revue radiophonique, diffusée chaque dernier dimanche du mois sur 88.8 fm Marseille. Une coproduction La Marelle / Radio Grenouille. Voir aussi la page de l’émission.

Voir les autres numéros.