Emma et la nouvelle civilisation

Martin Page & Samuel Jan

Résidence du 8 janvier au 23 février 2015

« Emma et la nouvelle civilisation » met en scène une vieille femme en prise avec les difficultés de son âge. Elle est touchée par des maladies, sa mémoire se détériore. C’est simplement un changement de civilisation, se dit-elle. Les dégradations sont des nouveautés… Les auteurs proposent un glissement des fonctionnalités usuelles du livre. Les pages, la mise en forme, la typographie : de nouveaux usages structurent la lecture. [Lauréats Résidence numérique 2014/2015]

Le projet de résidence

 

La Marelle, avec Alphabetville et les éditions Le Bec en l’air, ont lancé début 2014 un appel à projets pour la deuxième résidence d’écriture numérique. Les lauréats, Martin Page et Samuel Jan, ont été désignés en octobre 2014. Le lauréat 2013 était Jean-François Magre.

 

NB : le projet est abouti et donne lieu à la publication d’un livre  le 7 septembre 2015.

 

Emma et la nouvelle civilisation : l’histoire

Une vieille femme en prise avec les difficultés de son âge. Tout est une lutte. Elle est touchée par des maladies, elle prend des médicaments. Elle va souvent au cimetière pour assister à l’enterrement d’amis. Le passé est plus présent que le présent. Sa mémoire se détériore.

Mais tout n’est pas triste. Elle refuse que son âge soit une tragédie. C’est simplement un changement de civilisation, se dit-elle. Ce qu’on pourrait prendre pour des dégradations sont en fait des nouveautés. Et elle compte bien apprendre à utiliser sa vieillesse…

Des techniques

L’édition papier est le produit de la rencontre entre la création intellectuelle et la production graphique. Ces deux formes se sont associées pour créer un objet de diffusion. Elles sont structurées chacune par l’autre et ont évolué ensemble depuis les livres de Kells aux livres de poche.
La révolution numérique est une nouvelle mutation pour le livre au même titre que celle de l’imprimerie au XVe siècle. Les supports numériques, écrans, tablettes, smartphones, transforment l’objet livre et imposent un glissement de ses fonctionnalités. Les pages qui se tournent, la mise en forme du texte, l’impression typographique… Nous avons intégré ces usages qui ont structuré la lecture. Le changement de technologie offre l’occasion de les réinterroger et d’ouvrir la forme littéraire.

Concrètement ?

Un bloc texte est une forme physique et vivante qui restitue un texte en fonction de la combinaison des lettres placées. Changer l’ordre c’est en modifier le sens. Il en est de même pour la lettre, retourner un « n » et en faire un « u », couper un « l » pour mettre le point sur le « i ». L’alchimie des lettres peut insuffler de la magie aux mots. 
Après les livres écrits à la main, l’imprimerie s’est servie des lettre en plomb. Le numérique utilise des fichiers typo et l’évolution de la programmation numérique permet aujourd’hui de faire varier les formes des lettres par jeux d’algorithmes. On peut ainsi créer des variantes sur chaque lettre de l’histoire. Altérer la forme en fonction de la répétition des lettres par exemple. Dans Emma et la nouvelle civilisation, à l’image de la santé physique et mental de la vieille dame, les lettres se dégradent, créent de contresens, perdent un bout, reviennent parfois à leur état normal ou garde des traces de ces transformations. 

L’incidence du papier sur le coût d’un livre fait de l’espace de la page quelque chose de précieux. L’économie du blanc est de rigueur et le luxe de la page blanche est un espace à reconquérir avec le numérique. Sur une tablette, on peut afficher des pages contenant seulement 5 ou 10 mots. Ou aucun. Comme le scroll d’une page internet, le page peut défiler dans l’écran, On peut ainsi voir défiler une ligne de texte comme un chemin et raconter la promenade d’un personnage.

Les lettres peuvent se déplacer, changer de place pour écrire un autre texte. Elles peuvent vibrer, se télescoper, tomber comme des morceaux de plomb, s’envoler… Les lettres de notre histoire seront vivantes. Elles réagiront à l’intrigue et aux pensées du personnage. Elles seront l’expression de son être. Dans Emma et la nouvelle civilisation, la femme s’aperçoit qu’elle perd la mémoire. Les lettres se détériorent, s’écroulent.

 

La résidence d’écriture numérique a été mise en place grâce au soutien et à l’appui financier de la DRAC PACA (dispositif d’aide aux résidences).