Vers l’Équateur

Felipe Troya

Résidence du 2 janvier au 6 février 2017

« Les Écureuils » est le premier roman de cet écrivain équatorien, récompensé par le prix de la Jeune Littérature latino-américaine 2016.

Retrouver aussi Felipe Troya à la Marelle
     > Sa biographie
     > Ses rencontres à venir
     > Ses rencontres passées
     > Ses créations
          • La première chose que je peux vous dire…
ailleurs
     > Sa page Facebook
     > Son fil Twitter

Écureuils, le premier roman de Felipe Troya, a été récompensé par le prix de la Jeune Littérature latino-américaine 2016, ce qui lui vaut cette résidence à Marseille.

Assis sur son banc à bascule, mon oncle Fernando braquait ses impressionnantes jumelles sur le mur d’arbres qui isolaient le jardin et la piscine. Il prenait tant de place sur le banc, qui pouvait accueillir deux personnes, que je devais m’asseoir à côté sur une chaise. Tenir l’énorme étui de cuir et le regarder examiner les arbres n’avait pas pour moi grand intérêt, mais si je lui tenais compagnie et l’écoutais papoter un certain temps, il me prêtait ses jumelles et me laissait inspecter le bois. Le bois ne m’intéressait pas davantage, pas plus que sa vie exubérante et secrète pendant l’été. Ce qui m’intéressait vraiment, c’était de les placer devant mes yeux et de sentir ma vue s’étirer, presque physiquement, jusqu’aux arbres, de presque la sentir toucher une carte postale sans relief mais grouillante d’écureuils, de moineaux, de faucons et de chevreuils qui, sans grande timidité, franchissaient la limite entre ce qui était forêt et ce qui ne l’était plus.

Par contre, mon oncle avait lui d’autres raisons de le faire. La forêt était à ses yeux une fable et il pouvait passer des heures à suivre la vie et les agissements exemplaires des animaux.

—  Les écureuils, me disait-il, sont des animaux merveilleux. Dommage que nous n’en ayons pas en Équateur. On a beaucoup à apprendre d’un écureuil.

Felipe Troya
Extrait du roman  Écureuils/Ardillas, meet, 2016
Traduit de l’espagnol par Françoise Garnier 

 

Organisé chaque fois dans une capitale de l’Amérique latine, le Prix de la Jeune littérature latino-américaine est remis tous les 2 ou 3 ans à un écrivain de moins de trente-cinq ans, n’ayant pas encore publié de livres, mais qui peut avoir publié déjà en revues ou en anthologies. Ce prix est organisé par la meet, à Saint-Nazaire, et s’effectue depuis 2012 en partenariat avec La Marelle.
La meet publie en édition bilingue l’œuvre du lauréat, et invite le lauréat à une résidence de six semaines, aux alentours des Rencontres littéraires « meeting » de novembre, La Marelle se chargeant d’inviter ensuite le lauréat à Marseille pour 6 semaines également.
Le Prix de la Jeune Littérature Latino-américaine est soutenu depuis sa création par les services culturels des ambassades de France, le réseau des Alliances Françaises, et par diverses actions de mécénat privé.
Il a été remis à Felipe Troya en février 2016. Le jury, présidé par l’écrivain équatorien Edwin Madrid, était composé d’Elsa Osorio (Argentine), Juan Villoro (Mexique) et Juan Gabriel Vásquez (Colombie). Précédent lauréat (Argentine) : Martín Felipe Castagnet