« Anamarseilles » : lecture intégrale

Un texte de et par Anne Savelli

Paru dans la collection "Résidences"

Pour l’auteur comme pour son avatar Dita Kepler, il s’agit d’arpenter Marseille. Technique d’approche : l’anamorphose. Ou comment se distordre pour mieux se retrouver…

Anne Savelli propose ici une lecture intégrale de son dernier ouvrage, Anamarseilles, paru en novembre 2015, et dont l’écriture a démarré en résidence à La Marelle en mai et juin 2012.

Être seul(e). Marcher dans une ville qui nous est étrangère, familière, les deux. Se trouver des points de repères, revenir sur ses pas, tracer des boucles, inventer des itinéraires. Se parler à voix haute pour se rassurer, peut-être, tester quelques limites. Dialoguer avec les façades, un pont, un château d’eau. Croiser du monde, suivre des rues désertes. Ne pas savoir que faire de soi, de son corps qui avance. Se sentir traversé(e) – guidé(e) ? – par des mots, des phrases venus de livres, de plans, de lettres, de panneaux d’affichage… Par tout ce qui semble savoir où se rendre mieux que nous, ne cesse de nous le dire.
Tout cela, est-ce la même chose pour l’auteur et son avatar ? D’un côté, Dita Kepler, être virtuel capable de voler, de planer, de se transformer à volonté. De l’autre, un je qui ne possède aucun de ces pouvoirs mais peut faire chuter le personnage où bon lui semble. Ici, pour l’une comme pour l’autre, il s’agit d’arpenter Marseille. Technique d’approche : l’anamorphose. Ou comment se distordre pour mieux se retrouver.
 

Adresse à Dita Kepler

Ce n’est pas la première fois que je m’adresse à toi, Dita Kepler. Je te tutoie, je te parle et tu ne me réponds pas…table merlan © Anne Savelli

Quelques définitions

anamorphose / Anamorphoses
Dita Kepler / anamarseilleanamorphoses Marseille © Anne Savelli

 

←   Commencer   l’écoute   au   choix   par   l’une   ou   l’autre   partie   →

Anamarseilles


Anamarseilles #1 – Aquatique aérienne

Dita Kepler est une lectrice.
Le point A est un homme, un texte puis le livre Anamorphoses.
Le point B est un homme, un texte puis un guerrier tiré du livre A.

Le point C ne dit rien.château d'eau © Anne Savelli


Anamarseilles #2 – Vallonnée

Dita Kepler est voyageuse.
Le point A est un fleuve.
Le point C est un cadeau.cheminée paquebot © Anne Savelli


Anamarseilles #3 – Hors cage

Dita Kepler est une promeneuse.
Le point A est un éventail.
Le point B est une porte.
 Le point C un poignard.cages palmiers © Anne Savelli


Anamarseilles #4 – Fenêtre sur rails

Dita Kepler est passagère.
Le point B est un homme, apparemment.
Les points A et C conservent la même apparence.la maison du crime © Anne Savelli


Anamarseilles #5 – Dans le noir, dans l’abandon

Dita Kepler est une actrice. Une spectatrice. Une silhouette.
C’est le sujet de la pièce.
A et C sont le silence et la logorrhée. Toutes les lettres de l’alphabet. L’ensemble du dictionnaire.
B a disparu depuis longtemps.vue troublée © Anne Savelli

Anne à Marseille


Choisir sa route

S’échapper. Ainsi je suis partie, oui. J’ai laissé Dita errer seule dans cet entre-deux du virtuel, du réel. J’ai laissé ces mots-là en suspens, ne voulant ni de l’un ni de l’autre.ville proliférante © Anne Savelli


À gauche, après le figuier

J’ai fermé la maison et je suis partie dans les rues sans faire de Marseille autre chose que ce que j’en voyais, sans la transformer à mon tour. J’ai grimpé, donc, dans des ruelles vides, attendu le bus, puis non.(par)king © Anne Savelli


À droite, après la friche

J’ai fermé la maison et je suis partie dans les rues sans faire de Marseille autre chose que ce que j’en voyais, sans la transformer à mon tour. Dans la friche, silencieuse à cette heure, un piano à l’air libre servait de réceptacle aux petits mots des noctambules, messages, propositions de rendez-vous coincés entre deux touches.oloé entier © Anne Savelli


S’échapper

Du pont. Des rails. De la côte. Du port. De la villa. De la cime des platanes. De la friche. Du pavillon de partage des eaux. Du parc Longchamp. Du banc de trois kilomètres. Du cours Julien. De la Boutique de l’Étrange sur l’avenue en pente…abri de gare © Anne Savelli

Et pour écouter tout le livre Anamarseilles en lecture continue

 

Pour prolonger l’écoute

Voir aussi les réalisations sonores d’Anne Savelli avec le collectif L’aiR Nu.