Amira-Géhanne Khalfallah

Dramaturge

Algérie

Amira-Géhanne Khalfallah est née en Algérie. Diplômée en biologie cellulaire et moléculaire, c’est pourtant vers le journalisme qu’elle s’oriente en 2001. Installée au Maroc depuis juillet 2007, elle est journaliste spécialisée en culture, notamment en littérature et arts plastiques.

Elle écrit sa première pièce de théâtre, Le Chant des coquelicots, lors d’une résidence d’écriture aux Francophonies de Limoges en 2005. Sa deuxième pièce, Les Désordres du violoncelle, est créée en 2012 par la compagnie Éclats de scène et coproduite par le théâtre des Carmes en Avignon. Ce texte, qui aborde le double enfermement des femmes en temps de guerre, questionne le rapport de celles-ci à l’espace public dans le monde arabe. Elle creuse davantage ces inégalités, sur le ton de la farce et en mêlant le réalisme au surnaturel, dans Les Draps, un travail soutenu par le Théâtre de l’Aquarium Cartoucherie Paris et la Fondation Beaumarchais.
En 2012, elle continue d’opposer la logique au magique avec une pièce pour le jeune public, Mayla, la ville introuvable, sélectionnée lors de l’appel à textes pour le jeune public lancé par Le Tarmac et Emile&Cie auprès d’auteurs africains vivant en Afrique. Avec son dernier projet, provisoirement intitulé Paris, cité interdite, elle rouvre les blessures de la guerre et propose le théâtre comme possibilité de réconciliation.

En résidence à La Marelle en mai 2015, dans le cadre du projet Le Souffle de la mémoire, puis du 13 au 30 mars 2016 pour la suite de ses travaux d’écriture et des rencontres publiques.

Bibliographie

Voir dans la collection numérique de La Marelle sa pièce Les Draps.